Alter-MuRAX

Mar 21 Nov - 16:33


    Et ça, c'est aussi du "photoshop" ?

    Partagez
    avatar
    MP

    Nombre de messages : 4696
    Date d'inscription : 18/06/2006

    Et ça, c'est aussi du "photoshop" ?

    Message  MP le Lun 19 Mai - 18:39

    Notre règne de terreur raconté par l’armée israélienne
    mardi 22 avril 2008

    Donald Macintyre - The Independant


    Des soldats israéliens témoignent de faits choquants : enlèvements, passages à tabac et torture infligés aux Palestiniens à Hébron.

    Cheveux noirs, il a 22 ans et porte un T-shirt noir, des Blue jeans et des Crocs rouges. On comprend qu’il hésite en s’asseyant à une table de piquenique dans un paysage pittoresque inattendu quelque part en Israël. Nous connaissons son nom, mais si nous le révélions, ce jeune homme ferait l’objet d’une enquête criminelle et il serait probablement condamné à une peine de prison.

    Les oiseaux chantent alors qu’il décrit en détail certains actes qu’il a commis et qu’il a vu d’autres commettre pendant son service militaire à Hébron. Et ces actes sont assurément criminels : incidents dans lesquels des véhicules palestiniens sont arrêtés sans raison valable ; leurs vitres sont brisées et les occupants sont battus pour avoir répliqué - pour avoir dit, par exemple, qu’ils étaient en route vers l’hôpital ; vols de tabac chez un commerçant palestinien qu’on roue de coups quand il se plaint ; lancement de grenades étourdissantes par la fenêtre de mosquées pendant la prière. Et pire.

    Le jeune homme n’a quitté l’armée qu’à la fin de l’année dernière et il a décidé de parler, de concert avec d’autres, pour dénoncer le prix moral payé par de jeunes recrues israéliennes lors de l’affectation, sans doute la plus difficile, dans les territoires occupés. Hébron est la seule ville palestinienne dont le centre est sous contrôle militaire direct 24 heures sur 24 et sept jours sur sept pour la protection des colons juifs extrémistes qui y sont installés. Le jeune homme dit fermement qu’il regrette à présent ce qui s’est produit à plusieurs reprises pendant son détachement à Hébron.

    Gêné, il sourit beaucoup et ses petits rires fréquents donnent une idée des vantardises dont il a pu faire montre en se glorifiant de ses exploits auprès de ses compagnons de bar. Il se tourne souvent vers un ancien soldat plus âgé qui l’a persuadé de nous parler et à qui il dit, comme pour se rassurer, « Tu sais comment c’est à Hébron ».

    L’autre ex-soldat plus âgé est Yehuda Shaul. Il sait effectivement « comment c’est à Hébron », ayant fait partie d’une unité de combat dans la ville au plus fort de l’intifada. Il a fondé Shovrim Shtika, Rompre le silence, qui publiera demain les témoignages troublants de 39 Israéliens, dont ce jeune homme, qui ont été militaires à Hébron entre 2005 et 2007. Ces témoignages couvrent toute une gamme d’expériences : la colère et l’impuissance quand ces soldats sont confrontés aux exactions souvent violentes que subissent les habitants aux mains des colons juifs extrémistes ; les harcèlements mesquins , et les passages à tabac injustifiés des habitants palestiniens dont les soldats se rendent coupables ; le pillage des maisons et des magasins et les tirs sur des manifestants non armés.

    Beaucoup d’armées dans le monde infligent des mauvais traitements aux civils sous occupation, notamment l’armée britannique en Irlande du Nord et en Irak.

    Toutefois, peu de pays, Israël mis à part, ont une ONG comme Rompre le silence qui cherche - selon son site web - en utilisant l’expérience des soldats eux-mêmes, à « forcer la société israélienne a confronter la réalité qu’elle a créée » dans les territoires occupés.

    Le public israélien a eu un aperçu peu flatteur de la vie militaire à Hébron cette année quand un jeune lieutenant de la Brigade Kfir, du nom de Yaakov Gigi, a été condamné à 15 mois de prison pour avoir entraîné cinq soldats à voler un taxi palestinien ; "déchaîné" selon les medias israéliens , un des soldats a tiré sur un civil palestinien qui se trouvait là par hasard et l’a blessé pour ensuite essayer de se tirer d’affaire en mentant.

    Lors d’une confession dans le programme d’enquête Uvda sur le Channel Two israélien, Gigi, qui avait été jusque là à beaucoup d’égards un soldat modèle a dit « avoir perdu son humanité » à Hébron. Invité à s’expliquer, il a répondu « Perdre son humanité, c’est devenir un animal ».

    Contrairement au cas de Gigi, l’armée israélienne n’a pas poursuivi le soldat qui avait tiré sur le Palestinien. Toutefois, elle insiste sur le caractère « très inhabituel de ce qui s’est passé dans la brigade Kfir ».

    Le soldat de 22 ans, qui était lui aussi dans la Brigade Kfir, confirme dans son témoignage à Rompre le silence, que l’événement n’était pas exceptionnel. Bien sûr, dit-il, il a « souvent » fait partie de groupes qui arrêtaient des taxis, asseyaient le chauffeur à l’arrière et lui commandaient de les guider vers des endroits « où ils haïssent les juifs » afin d’aller y semer du "balagan", mot hébreu pour pagaille.

    Et puis il y a les luttes entre les clans palestiniens. « On nous a dit d’aller voir ce qui se passait. Notre commandant [de section] avait un peu pété les plombs. Il repérait des maisons et nous disait « Tout ce qui est armé, avec des pierres ou n’importe quoi, je m’en fous, vous tirez dedans ». On pensait tous : ce sont des querelles dans le clan .. ». Est-ce que le commandant le savait ? « Personne ne le savait. Ces actions étaient une initiative personnelle de la section ».

    Vous les avez atteints ? « Bien sûr et pas simplement eux. Tous ceux qui étaient autour ...Surtout aux jambes et aux bras. Certains étaient aussi touchés dans le ventre. Je crois qu’ils se sont rendu compte à un moment donné que cela venait de soldats, mais ils n’étaient pas sûrs. Parce qu’ils ne pouvaient pas croire que des soldats feraient une chose pareille, vous savez ».

    Ou on utilisait un enfant de dix ans pour trouver un lanceur de pierres de 15 ans : « Nous prenons donc un petit garçon palestinien car nous savions qu’il savait qui avait lancé les pierres. Le moins que l’on puisse dire est qu’on le tabasse un peu jusqu’à ce qu’il nous le dise. C’est comme ça que ça se passe quand t’as déjà les idées de travers et que tu n’as plus de patience pour Hébron, ni pour les Arabes ni pour les juifs qui y vivent.

    « Le petit avait vraiment peur, car il se rendait compte que nous l’avions repéré. Notre commandant était un peu fanatique. Il a remis le garçon à son supérieur qui l’a battu comme plâtre...Il lui a montré toutes sortes de trous en cours de route et lui demandait « C’est ici que tu veux mourir ? Ou ici ? » Le petit disait « Non, non ! »

    « On a relevé le petit ; il ne tenait pas sur ses jambes. Il pleurait ... Et le commandant : « Ne fais pas semblant » et continue à lui donner des coups de pied. Et alors [nom non divulgué], qui n’avait jamais aimé ce genre de choses, est intervenu ; il a attrapé le commandant de l’escouade et lui a dit « Ne le touche plus, ça suffit ». Le commandant « Quoi ! Tu es devenu gauchiste, ou quoi ? »Il répond « Non, je ne veux pas voir des choses pareilles ». « Nous étions présents, mais nous n’avons rien fait. Nous étions indifférents. OK. C’est uniquement après que tu commences à penser. Pas tout de suite. Ces choses, nous les faisions tous les jours.... C’était devenu une habitude. « Et les parents ont vu. Le commandant a dit à [la mère] « Personne n’approche ». Il a armé son arme qui avait déjà une balle. Elle avait peur. Il a mis son arme littéralement dans la bouche du petit. « Si tu approches. Je le tue. M’embête pas. Je tue. Je suis sans pitié ». Alors le père ... a saisi la mère et lui a dit « Calme-toi, laisse-les tranquilles pour qu’ils le lâchent ».

    Pas tous les soldats qui sont détachés à Hébron deviennent des « animaux ». Iftach Arbel, 23 ans, vient d’une famille politiquement de centre-gauche, classe moyenne supérieure, de Herzylia. Il a été commandant à Hébron juste avant le retrait de Gaza et il pense qu’à Gaza l’armée a voulu montrer qu’elle pouvait être dure avec les colons aussi.

    De nombreux témoins, y compris M. Arbel, disent que les colons apprennent à leurs enfants dès leur petite enfance - quatre ans - à lancer des pierres contre les Palestiniens, à attaquer leurs maisons et même à les voler. Pour M. Arbel, les colons de Hébron, sont « l’incarnation du mal » et la seule solution est de les « enlever de là ».

    Il croit qu’il serait possible, en dépit des contraintes, de mieux traiter les Palestiniens. Il ajoute : « Nous avons travaillé de nuit. Nous choisissions une maison au hasard sur une photo aérienne pour pratiquer une routine de combat et tout ; ça peut être instructif pour les soldats. Là, je suis pour. Mais ensuite, vous réveillez quelqu’un à minuit et vous retournez toute sa maison y compris les matelas sur lesquels les gens dorment ».

    M. Arbel dit que la plupart des soldats se situent entre les extrêmes les plus violents. En écoutant deux des autres témoins, vous comprenez ce qu’il veut dire. L’un d’eux dit « Nous faisions toutes sortes d’expériences pour voir par exemple qui faisait le plus grand écart à Abu Snena. Nous les [Palestiniens] mettions contre le mur, faisions semblant de les fouiller, et leur disions d’écarter les jambes. Encore, encore, encore, c’était un jeu pour voir qui faisait le plus grand écart. Ou nous vérifions qui pouvait retenir son souffle le plus longtemps.

    « Tu les étrangles. Un soldat faisait semblant de les fouiller et brusquement se mettait à hurler comme s’ils avaient dit quelque chose et les étranglait...Il bloquait leur respiration ; il faut presser sur la pomme d’Adam. Ce n’est pas agréable. Tu regardes ta montre quand tu fais ça jusqu’à ce qu’il s’évanouisse. Celui qui met le plus de temps à s’évanouir, a gagné ».

    En plus de la violence, il y avait les vols. « Il y a un magasin d’accessoires pour automobiles. Chaque fois, les soldats prenaient un lecteur de cassettes/CD et d’autres objets. Si tu l’interroges, le commerçant te dira plein de choses que les soldats lui ont faites.

    « Il y aurait une sacrée liste... Ils faisaient régulièrement des descentes dans sa boutique. « Ecoute, si tu nous dénonces, nous confisquerons tout ton magasin et nous casserons tout ». Il avait peur de parler. Il passait des marchés. « Ecoutez les gars, vous me faites du tort financièrement ». Personnellement, je n’ai jamais rien pris, mais je vous le dis, ils prenaient des haut-parleurs et des chaînes stéréo entières.

    « Il disait : S’il vous plaît, donnez-moi 500 shekels. Je perds là-dessus » « Si tu continues, on te prend tout le magasin » « OK, OK, prends, mais écoute, ne prends pas plus de dix systèmes par mois ». Quelque chose dans ce genre. « Je suis déjà en faillite ». Il était tellement malheureux. "Les mecs de notre unité revendaient cet équipement chez eux, faisaient des affaires. Les gens sont si stupides ».

    L’armée prétend que les Forces israéliennes de défense opèrent selon une « série stricte de directives morales » et qu’elles s’y tiennent encore plus « dans ses contacts avec des civils ». Elle ajoute que « en cas de preuves appuyant ces allégations, des mesures seront prises pour traduire les coupables en justice de la manière la plus sévère ». L’armée dit aussi : « L’avocat général militaire a inculpé plusieurs soldats de comportement criminel ... Les soldats jugés coupables ont été punis sévèrement par le Tribunal militaire en proportion avec l’infraction commise ». Jusqu’à hier soir, ces inculpations n’avaient pas été précisées.

    Dans sa présentation des témoignages, Rompre le silence dit « En voulant remplir leur mission les soldats arrivent à des résultats tragiques : ce qui est normal et prescrit devient méprisable ; ce qui est inconcevable devient routinier...Les témoignages illustrent la manière dont les soldats sont engloutis dans la brutale réalité régnant sur le terrain, réalité où la vie de milliers de familles palestiniennes sont à la merci de ces jeunes. Hébron montre de façon flagrante la situation dans laquelle les jeunes israéliens sont constamment envoyés ».

    Une force pour la justice

    Rompre le silence a été créé il y a quatre ans par un groupe d’anciens soldats dont la plupart avaient fait partie d’unités de combat des Forces israéliennes de défense à Hébron. Beaucoup de soldats font des rappels chaque année. L’organisation a recueilli quelque 500 témoignages auprès d’anciens soldats qui ont été détachés en Cisjordanie et à Gaza. Sa première manifestation publique a été une exposition de photos faites par des soldats envoyés à Hébron ; l’organisation conduit aussi régulièrement des tours de Hébron pour des étudiants et des diplomates israéliens. Elle reçoit des fonds de groupes aussi divers que le fonds philanthropique juif Moriah, le New Israel Fund, l’Ambassade britannique à Tel-Aviv et l’UE.
    avatar
    Trinita

    Masculin
    Nombre de messages : 3644
    Date d'inscription : 19/06/2006

    Re: Et ça, c'est aussi du "photoshop" ?

    Message  Trinita le Jeu 22 Mai - 13:18

    A Hebron, où environ 500 colons juifs vivent au milieu de 130.000 Palestiniens, les tensions sont souvent fortes. Les Palestiniens et les ONG présentes affirment que les attaques commises par des colons, jets de pierres, agressions et harcèlement verbal, se produisent quasi quotidiennement.

    De leur côté, les colons de Hebron soulignent le nombre de soldats et de colons tués par les Palestiniens à Hebron depuis six ans. Parmi les victimes, le bébé de 6 mois Shalhevet Tekhiya Paz, tuée par un sniper en 2001 alors que sa mère la tenait dans ses bras à l’entrée du quartier Avraham Avinou. En 2002, dans le même quartier, Itzhak Shapira, 48 ans, a été tué d’une balle. En 2003, Gadi et Dina Esther Levy ont été tués par un kamikaze dans Hebron. De plus, 3 civils et 9 soldats ont été tués sur le Chemin des Fidèles entre Hebron et Kiryat Arba en 2002.

    /...

    David Wider, l’un des porte-parole des colons de Hebron, a rejeté les commentaires d’Ehoud Olmert ainsi que la création d’une commission, qu’il qualifie d’actes politiciens de la part de deux dirigeants qui ont besoin de détourner l’attention de leurs propres échecs. "Les politiciens doivent arrêter d’utiliser l’opinion pour échapper à leurs problèmes", a dit Wider. Il a réduit la vidéo à un banal conflit de voisinage qui pourrait se produire partout en Israël quand deux voisins se mettent en colère et se crient dessus. "Peut-être que le choix des mots était inapproprié, mais croyez-moi ; j’ai entendu pire", a dit Wider. Va-t-on aller cers une situation où "quiconque crie sur son voisin va être interrogé par une commission gouvernementale créée par le premier ministre ?", a demandé Wider.

    http://www.lapaixmaintenant.org/article1496
    avatar
    Trinita

    Masculin
    Nombre de messages : 3644
    Date d'inscription : 19/06/2006

    Re: Et ça, c'est aussi du "photoshop" ?

    Message  Trinita le Jeu 22 Mai - 13:19

    avatar
    MP

    Nombre de messages : 4696
    Date d'inscription : 18/06/2006

    Re: Et ça, c'est aussi du "photoshop" ?

    Message  MP le Jeu 22 Mai - 21:51


    De leur côté, les colons de Hebron soulignent le nombre de soldats et de colons tués par les Palestiniens à Hebron depuis six ans.

    Que foutent-ils à occuper la Palestine ? Faudrait-il encore les plaindre .
    avatar
    Trinita

    Masculin
    Nombre de messages : 3644
    Date d'inscription : 19/06/2006

    Re: Et ça, c'est aussi du "photoshop" ?

    Message  Trinita le Ven 23 Mai - 10:31

    MP a écrit:

    De leur côté, les colons de Hebron soulignent le nombre de soldats et de colons tués par les Palestiniens à Hebron depuis six ans.

    Que foutent-ils à occuper la Palestine ? Faudrait-il encore les plaindre .

    MP est apparemment partisanne de l'organisation de bals populaires, et de concerts de klaxons avec champagne offert à la populace, à chaque fois qu'un israelien se fait dégommer..Quelle noble cause! Smile
    avatar
    fran6
    Admin

    Masculin
    Nombre de messages : 2521
    Age : 39
    Localisation : Liège
    Date d'inscription : 18/06/2006

    Re: Et ça, c'est aussi du "photoshop" ?

    Message  fran6 le Sam 24 Mai - 14:17

    Mp parle un peu comme ceux d'en face, les extrémistes israéliens qui se foutent qu'un palestinien se fasse dégommer, qui trouvent eux en plus des excuses pour dédouaner leur armée quand un palestiniens se fait tuer (ils placent des enfants devant eux, ils sont haineux ce sont des monstres.......)

    Les colons d'hébron sont pour la plupart des fascistes qui n'ont rien à faire là, qu'ils partent en Israël et là ils seront en sécurité Laughing

    Contenu sponsorisé

    Re: Et ça, c'est aussi du "photoshop" ?

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 21 Nov - 16:33