Alter-MuRAX

Mar 11 Déc - 7:18


    Le "formateur" démissionne en Belgique, la crise s

    Partagez
    avatar
    silverbold
    Admin

    Masculin
    Nombre de messages : 4001
    Localisation : BXL
    Date d'inscription : 17/06/2006

    Le "formateur" démissionne en Belgique, la crise s

    Message  silverbold le Sam 1 Déc - 21:39

    Le "formateur" démissionne en Belgique, la crise s'aggrave
    01.12.07 | 15h41



    Par Yves Clarisse

    BRUXELLES (Reuters) - La crise politique belge s'est aggravée samedi avec la démission du démocrate-chrétien flamand Yves Leterme, qui avait pour mission de former un gouvernement, et la situation semble désormais inextricable.

    Leterme s'est rendu chez le roi Albert II pour lui demander d'être déchargé de sa mission de "formateur" d'un gouvernement composé de socialistes et de démocrates-chrétiens, 174 jours après les élections du 10 juin dernier. Il avait déjà rendu son tablier en août dernier mais avait été renommé.


    "Le roi a accepté cette demande", peut-on lire dans un bref communiqué du palais royal.

    Le programme socio-économique de la coalition "Orange bleue", le mélange des couleurs de deux familles politiques qui sont sorties renforcées du scrutin, est pratiquement prêt.

    Mais les négociations butent sur l'impossibilité de rapprocher les points de vues des ailes francophone et flamande de la démocratie-chrétienne sur l'avenir de la Belgique fédérale, dont la pérennité est menacée par les tensions.

    Yves Leterme n'a en effet gagné les élections que grâce à la création d'un "cartel" entre son parti démocrate-chrétien et une petite formation nationaliste, la "Nouvelle alliance flamande" (NVA), qui prône l'indépendance à terme de la Flandre.

    Un accord semblait pourtant à portée de main.

    Les quatre partis avaient accepté de créer une "Convention", à l'instar du forum qui a rédigé le projet de Constitution européenne, pour débattre des demandes flamandes d'octroyer plus d'autonomie aux régions dans des domaines comme la fiscalité, l'emploi ou même une partie de la sécurité sociale.

    LE POIDS DES NATIONALISTES FLAMANDS

    Même si les francophones rechignent à une telle réforme qui risque selon eux d'aboutir à une confédération où la Wallonie, beaucoup plus pauvre que la Flandre prospère, hériterait de compétences qu'elle serait incapable de financer, ils se sont résignés à cet exercice après avoir obtenu des assurances.

    La Convention comporterait en effet autant de députés francophones que néerlandophones, elle aurait officiellement pour but de renforcer la "Belgique fédérale" et la solidarité entre le Nord et le Sud devrait être maintenue.

    Les libéraux flamands et francophones, de même que les démocrates-chrétiens francophones, avaient accepté en début de semaine cette proposition longuement négociée d'Yves Leterme.

    Mais la NVA a estimé qu'il n'y avait pas de garantie de réforme de l'Etat et a exigé un renforcement du mandat des "conventionnels", obligeant le formateur à revoir sa copie.

    C'est ce qu'il a fait en demandant aux quatre partis pressentis pour former une coalition de répondre avant samedi à trois questions qui orienteraient les travaux de la Convention.

    Pourra-t-on y parler de tout? Les régions pourront-elles octroyer des incitants fiscaux aux entreprises? Pourra-t-on voter les propositions à la majorité classique des deux-tiers?

    Pour les libéraux et les démocrates-chrétiens flamands, la réponse aux trois questions est positive.

    Mais les libéraux francophones sont réservés et, pour les démocrates-chrétiens du Sud du pays, il faut s'en tenir aux accords acceptés en début de semaine par trois partis.

    ALLOCATIONS FAMILIALES DIFFÉRENCIÉES

    Si les francophones sont d'accord pour débattre de tout au sein de la Convention, cela signifie pour eux qu'il faut aussi pouvoir renforcer des compétences à l'échelon central, ce qui n'est pas du tout le but recherché par les Flamands.

    La NVA estime par exemple que le débat doit permettre de différencier les allocations familiales selon les régions, un véritable tabou pour tous les partis wallons.

    La régionalisation de l'impôt sur les sociétés risque selon les Wallons d'entraîner une concurrence fiscale entre la Flandre et la Wallonie, qui en sortirait encore plus démunie.

    Enfin, derrière la revendication flamande de l'adoption des réformes à la majorité "classique" des deux tiers se cache selon eux un piège: cela signifierait que l'on pourrait les adopter même si une majorité de députés francophones s'y opposent.

    Dans un communiqué, les démocrates-chrétiens francophones (CDH) estiment que ces questions remettent en cause les "garanties essentielles" obtenues en matière de maintien d'une sécurité sociale et d'une fiscalité unique au niveau fédéral.

    Le roi se trouve désormais dans une situation peu enviable.

    Il n'existe en effet pas vraiment d'alternative à la coalition "Orange bleue" et, sans la NVA, le gouvernement ne dispose par d'une majorité du côté flamand.

    L'élargissement de la coalition aux socialistes, grands perdants des élections du 10 juin, est rejetée par la plupart des partis de la coalition pressentie.

    Elle serait en outre incompatible avec la satisfaction des revendications flamandes, qui sont rejetées avec force par les socialistes francophones, très à cheval sur la solidarité.

    L'entrée au gouvernement des écologistes francophones pour remplacer leurs homologues démocrates-chrétiens est évoquée du côté flamand, mais les "Verts" ne veulent pas se prêter à une manoeuvre de démembrement de la Belgique.

    http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-33437109@7-37,0.html
    avatar
    MP

    Nombre de messages : 4696
    Date d'inscription : 18/06/2006

    Re: Le "formateur" démissionne en Belgique, la crise s

    Message  MP le Lun 3 Déc - 14:27

    Je ne pense pas que la crise se soit aggravée : elle EST grave !

    Comme l'ont remarqué la plupart des partis flamands, le CD&V n'est pous qu'un gros amalgame dirigé par ... Bart Dewever, qui y sème le chaud et le froid.

    Et le but du cartel était bien de faire capoter toute négociation : pour preuve les acclamations qu ont été adressée à Leterme après sa démission. Mission accomplie !

    La suite est sans grand espoir : quelle que soit la prochaine orientation des allinaces pour former un gouvernement, le CD&V est incontournable du côté flamand, ne veut pas larguer sa chère NVA, et ne participera à aucun gouvernement dont Leterme ne serait pas Premier.

    Dans de telles conditions, c'est évidemment mission impossible.

    J'espère que Reynders ne tombera pas dans le piège : il faut compter sur le cartel pour le faire échouer.

    Verhoofstadt est sans doute le dernier espoir, mais il est assez intelligent pour ne pas sortir du bois avant d'avoir des assurances.

    En gros, je prévois de nouvelles élections vers février.

    Il est possible qu'au lieu de se radicaliser comme onn le dit, les flamands n'en aient marre des problèmes internes du cartel (?)

    RAME16

    Masculin
    Nombre de messages : 2398
    Age : 51
    Date d'inscription : 20/06/2006

    Re: Le "formateur" démissionne en Belgique, la crise s

    Message  RAME16 le Mer 5 Déc - 18:13

    salut,

    c'est la fin de la belgique ! faut bie se mettre çà en tête.

    les choses ont été dites et ne s'effaceront plus.

    même si on a un gouvernement dans les prochaines elections les flamands reviendront avec leur indépendance.

    car çà sera pire après. chaque partie va se dire "mais on s'est fait avoir lors des dernières négociations".

    et çà repartira de plus belle.

    de plus en plus de francophones veulent aussi la fin du pays.

    donc deux scénaris possible, bruxelles district européen, et la wallonie fait ce qu'elle veut, france ou pas. ou alors une belgique avec le roi wallonie bruxelles et çà restera la belgique.

    study
    avatar
    Abdel

    Nombre de messages : 94
    Date d'inscription : 25/09/2006

    Re: Le "formateur" démissionne en Belgique, la crise s

    Message  Abdel le Lun 17 Déc - 15:37

    un nouveau département français "Bruxelles-Wallonie" pourrait se vendre très cher aux français et Sarko est d'humeur à ce genre de deal et veut soigner son image internationale.

    Maintenant, si les francohpones de Belgique pouvaient une fois pour toute abandonner leur complexe d'assistanat et prendre leur avenir en main, ca ne ferait de mal à personne !
    avatar
    Knut de Knokke

    Nombre de messages : 698
    Date d'inscription : 23/07/2007

    Re: Le "formateur" démissionne en Belgique, la crise s

    Message  Knut de Knokke le Mar 18 Déc - 12:21

    Abdel a écrit: si les francohpones de Belgique pouvaient une fois pour toute abandonner leur complexe d'assistanat et prendre leur avenir en main, ca ne ferait de mal à personne !

    Exactement. Mais pour cela, faut se sortir les doigts du Q, et avoir pour autre but dans la vie que de lanterner au MET ou dans une quelconque association subsidiée.
    avatar
    MP

    Nombre de messages : 4696
    Date d'inscription : 18/06/2006

    Re: Le "formateur" démissionne en Belgique, la crise s

    Message  MP le Mar 18 Déc - 12:39

    Exactement. Mais pour cela, faut se sortir les doigts du Q, et avoir pour autre but dans la vie que de lanterner au MET ou dans une quelconque association subsidiée.

    C'est plus qu'un voeu, c'est l'esquisse de l'évolution. Fini de pleurer sur la "pauvre SDF" de 30 ans, en pleine forme, et qui pleure devant la télé en disant que la "rue est dure" ... En guise de Kleenex, elle recevra un "ticket-service" Smile

    L'assistanat doit être réservé à ceux qui ne peuvent vraiment pas s'en sortir tout seuls, et le chômage ne doit être qu'un crédit de pont entre un travail regretté, et le suivant ardemment recherché. Ce n'est pas de "win for life" !
    avatar
    Abdel

    Nombre de messages : 94
    Date d'inscription : 25/09/2006

    Re: Le "formateur" démissionne en Belgique, la crise s

    Message  Abdel le Lun 30 Jan - 12:40

    Abdel a écrit:un nouveau département français "Bruxelles-Wallonie" pourrait se vendre très cher (...)

    Waouh... Avec 5 ans d'avances...

    Contenu sponsorisé

    Re: Le "formateur" démissionne en Belgique, la crise s

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 11 Déc - 7:18