Alter-MuRAX

Jeu 18 Jan - 14:49


    Bart De Wever a dépassé les bornes

    Partagez

    RAME16

    Masculin
    Nombre de messages : 2398
    Age : 50
    Date d'inscription : 20/06/2006

    Bart De Wever a dépassé les bornes

    Message  RAME16 le Mer 31 Oct - 16:19

    Bart De Wever a dépassé les bornes

    MICHELLE LAMENSCH

    mercredi 31 octobre 2007, 13:45
    Les critiques de son allié CD&V et de tous les autres partis démocratiques ont été suivies d’excuses. Suffisant pour l’Orange bleue ?
    Dans une carte blanche au « Standaard », Bart De Wever s'explique.
    *

    Belga

    Dimanche, à Anvers, à l’occasion d’un congrès consacré aux victimes de la Shoah, le bourgmestre Patrick Janssens (SP.A-Spirit) s’était excusé auprès de la communauté juive de la métropole pour la collaboration des autorités locales de l’époque à la déportation de juifs durant l’occupation nazie.

    Lundi, le président de la N-VA, Bart De Wever, a qualifié ces excuses de « gratuites et inspirées par le seul souci de lutter contre le Vlaams Belang ».

    Mardi, Jo Vandeurzen, le président du CD&V, est sorti du bois : « Les excuses de Patrick Janssens ne sont en rien gratuites, elles sont appropriées et, contrairement à ce qu’a déclaré Bart De Wever, les références du bourgmestre d’Anvers à l’Holocauste n’ont rien de déplacé dans la lutte contre l’extrême droite ».

    Voilà qui, en pleine négociation gouvernementale, marque un nouveau raidissement dans les relations entre CD&V et N-VA…

    Parmi de nombreux autres (voir ci-dessus), le ministre d’État CD&V Mark Eyskens a rapidement estimé indispensable que le président de la N-VA présente ses excuses publiques à la communauté juive.

    Et mardi après-midi, Bart De Wever a rencontré, à Anvers, quelques-uns de ses représentants : « Si la communauté juive s’est sentie blessée, je m’en excuse, leur a-t-il dit. J’ai simplement voulu dire que tout Anvers n’avait pas collaboré avec les nazis. Et qu’il était facile de demander pardon, 65 ans après les faits, quand la plupart de ceux dont on implore le pardon sont morts. »

    Présent à cette réunion, Michael Freilich, rédacteur en chef de Joods Aktueel, nous a confié : « Nous avons répondu à M. De Wever qu’en tant que président de la N-VA il avait un rôle d’exemple pour la nouvelle génération. Nous apprécions qu’il ait reconnu que son mouvement avait été, à l’origine, inspiré de l’idéologie des collaborateurs… »

    Le Centre communautaire laïc juif (CCLJ) s’était réjoui des propos de M. Janssens : « Pour la première fois, un responsable politique anversois reconnaît la terrible responsabilité des autorités anversoises dans les trois rafles de 1942, clairement établie par des historiens belges. » Le CCLJ avait, par contre, reproché à Bart De Wever d’affirmer que la Ville d’Anvers fut « victime » de l’Occupation. « Ces déclarations laissent entendre que ceux qui ont collaboré à l’extermination de juifs sont les “vraies victimes” de cette page tragique de l’histoire. » Le CCLJ s’était aussi indigné de la comparaison que M. De Wever avait établie entre la Shoah et les « techniques » d’Israël dans les territoires palestiniens : « Ce procédé abject de nazification des Juifs et d’Israël appartient à la propagande antisémite. »

    Dans une lettre ouverte à la communauté juive, le président de l’Open VLD, Bart Somers, et les ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères sortants, Patrick Dewael et Karel De Gucht, écrivent que les excuses anversoises sont « un pas utile pour l’acceptation du passé. La tradition nationale flamande, dont se revendique Bart De Wever est, plus que tout autre courant politique, coloré par et enraciné dans le passé. Celui qui insiste tellement sur son propre passé n’a pas le droit de refuser aux autres leur travail de mémoire. »

    Tous les autres partis démocratiques ont réprouvé les propos de Bart De Wever et salué le « geste digne » de Patrick Janssens.

    Administrateur délégué du Centre Jean Gol, l’historien Hervé Hasquin estime, au nom du MR, que les propos de Bart De Wever « font fi de l’histoire et de l’horreur endurée par la communauté juive ». Par ses déclarations, souligne le président du FDF, Oliver Maingain, « M. De Wever perpétue la tradition la plus condamnable du mouvement flamand, enclin à nier une réalité historique incontestable. » Le PS situe le geste de Patrick Janssens « dans la droite ligne des conclusions du rapport du Ceges » (sur la collaboration des autorités belges avec l’occupant nazi). Pour le CDH, « le travail de mémoire témoigne de courage politique et d’une conduite humaniste indispensable à l’évolution d’une société ». Pour Écolo les propos de De Wever « devraient poser problème à chaque démocrate et plus encore à ceux qui pactisent avec lui ».

    Et donc à l’Orange bleue.

    http://www.lesoir.be/actualite/belgique/politique-il-avait-juge-2007-10-30-558388.shtml

      La date/heure actuelle est Jeu 18 Jan - 14:49