Alter-MuRAX

Sam 17 Nov - 2:11


    Pistoleros à Bagdad

    Partagez
    avatar
    tito varich
    Admin

    Nombre de messages : 1157
    Localisation : E411
    Date d'inscription : 19/06/2006

    Pistoleros à Bagdad

    Message  tito varich le Mar 25 Sep - 1:25

    Pistoleros à Bagdad

    Patrice Claude

    - "OK boys. En route. Je veux tuer quelqu'un aujourd'hui.
    - Ah bon ! Pourquoi aujourd'hui ?
    - Hé ! hé ! Je pars en congé demain, ça va faire long."
    Jacob C. Washbourne

    Ce jour-là, sur les 16 km de la fameuse "route de la mort" qui relie le centre-ville à l'aéroport international de Bagdad, Jacob C. Washbourne et ses coéquipiers cherchent une cible. "Juste pour s'amuser", dira l'un d'eux aux envoyés du Washington Post qui ont brillamment reconstitué toute cette équipée meurtrière en avril.

    Justement, voici un taxi bringuebalant qui roule doucement, assez loin derrière le 4 × 4 blindé occupé par les quatre hommes. Il y a beau temps que les Irakiens motorisés savent qu'il ne faut jamais s'approcher ni des véhicules militaires ni des convois de grosses cylindrées à vitres fumées, souvent sans plaque d'identification, qui foncent à tombeau ouvert sur les routes du pays.

    "On ne sait jamais qui est à l'intérieur", dit souvent Ahmed S., notre chauffeur habituel. Ce peut être une "huile", locale ou étrangère, gardée par des "cow-boys" à la gâchette facile. Ou bien des commandos plus ou moins réguliers du ministère de l'intérieur en pleine chasse aux "terroristes". Ou bien encore un ministre, un chef de parti ou de tribu qui circule avec son escouade de pistoleros personnels. Qui ne s'est jamais retrouvé braqué, mis en joue à une intersection par des types armés jusqu'aux dents, Irakiens ou pas, en uniforme ou non, mais pressés de se dégager d'un embouteillage, n'est pas allé à Bagdad depuis longtemps.

    "Ralentis !", ordonne donc Washbourne au dénommé Shane B. Schmidt, qui pilote le véhicule. Les quatre hommes sont ce qu'on appelait autrefois des "chiens de guerre", à présent des "militaires privés". Lunettes sombres, oreillette façon service secret vissée à l'oreille, pistolet sanglé bas autour de la cuisse, gilet pare-balles en Kevlar noir doublé de plaques de céramique assez épaisses pour arrêter une rafale de kalachnikov, ce sont tous d'anciens militaires ou policiers. Ils vont chercher "un client important" à l'aéroport.

    Ancien marine, Washbourne, 29 ans, est le chef de l'équipée. Il gagne 600 dollars par jour. Gros bras tatoués, 1,90 m, crâne rasé et barbichette, le géant, originaire d'Oklahoma, pose son fusil automatique M-4 - le même que celui des troupes américaines régulières -, entre les deux sièges.

    "Tiens, laisse-le s'approcher un peu, je vais le tirer au pistolet." C'est un vieux bonhomme qui conduit le taxi. Il semble avoir un client. Qu'importe. Depuis l'invasion d'avril 2003, l'Irak s'est transformé en Far West. Entre les attaques à la voiture piégée, les attentats kamikazes, les massacres interconfessionnels, les querelles intertribales, les opérations et les bavures des armées américaine et britannique ou de leurs supplétifs, chaque mois, 1 200 à 3 000 civils irakiens, selon les périodes, disparaissent de mort violente sur le territoire national. Washbourne a ouvert sa portière, s'est couché sur son siège, bras dehors. Le taxi approche. Le tireur ajuste sa cible.

    Une volée de balles transperce le pare-brise. Le taxi finit sa course sur le bas-côté. "Joli coup !", siffle Schmidt.

    On ne saura jamais si les deux Irakiens sont morts, s'ils ont été blessés, s'ils ont survécu. Soumis à tous les abus, bavures, braquages, meurtres, vols, viols et enlèvements divers, la plupart des civils d'Irak ne portent même plus plainte. Auprès de qui ? Dominée par les milices chiites, la police est corrompue. La justice ne fonctionne pas. Le gouvernement et les ministères, blottis près des ambassades américaine et britannique dans la fameuse "zone verte" ultra fortifiée du centre de Bagdad, ont déjà bien du mal à se protéger eux-mêmes. Leur autorité ne s'étend guère au-delà des 10 km carrés de "la zone".

    L'expédition meurtrière de Jacob C. Washbourne ne serait sans doute jamais remontée à la surface si l'un des hommes du détachement, un Fidjien nommé Isireli Naucukidi, n'avait eu "l'estomac retourné" par ce qu'il a vu "à de si nombreuses reprises", et n'avait décidé de démissionner et de parler. Employés par Triple Canopy, l'une des 177 "sociétés militaires privées" (SMP) qui exercent à présent leur "art" en Irak, Washbourne et ses deux amis, qui nient toute l'histoire, ont été congédiés sans plus de procès. L'affaire n'ira sans doute pas plus loin.

    Depuis avril 2003, l'armée américaine a traîné plusieurs centaines de ses hommes devant des tribunaux militaires pour toutes sortes de crapuleries et 64 pour des affaires de meurtre. En revanche, aucun, parmi les 48 000 "soldats de fortune" de toutes nationalités répertoriés en Irak, n'a jamais eu à répondre devant un tribunal. Une loi a bien été votée en 2006 par le Congrès américain qui soumet théoriquement tous les "contractuels militaires privés" au même code de conduite que l'US Army, mais ses modalités d'application n'ont "jamais été rédigées par l'administration Bush", relève Peter Singer, chercheur spécialisé à la Brooking Institution.

    "Quand on posait la question à nos chefs, a expliqué Charles L. Sheppard, le troisième larron de l'équipée Washbourne, on nous disait de ne pas nous en faire, que si les Irakiens nous cherchaient noise, on nous sortirait du pays au milieu de la nuit."

    Tous les contractuels ne sont pas des bandits de cet acabit, mais combien ont pu être ainsi exfiltrés après un mauvais coup ? Nul ne le sait. Dans la jungle sans loi qu'est devenue l'Irak, c'est le mieux armé, le plus riche, le plus puissant, qui dicte ses règles.

    Saura-t-on jamais pourquoi et comment 28 civils irakiens ont été tués dimanche 16 septembre, à midi, au centre de Bagdad, par des "privés" qui accompagnaient plusieurs diplomates américains ? Blackwater, l'une des trois "sociétés militaires privées" - avec DynCorp et Triple Canopy - qui ont emporté le contrat offert en 2004 par le département d'Etat pour la protection de ses 300 diplomates en Irak (l'ambassadeur Ryan Crocker en tête, qui ne sort jamais sans sa garde prétorienne), affirme que le convoi "a essuyé des tirs avant de riposter".

    Au vu d'une enquête préliminaire, Nouri Al-Maliki, le chef du gouvernement, a dit qu'il ne croyait pas à cette version. Qu'il en avait "assez" des bavures perpétrées par les "mercenaires étrangers contre des civils innocents", qu'il s'agissait là du "septième incident" avec Blackwater, que sa licence d'activité était en conséquence "révoquée" et ses mille et quelques employés basés en Irak, "expulsés" en prélude à une "révision générale" des activités de toutes les SMP étrangères. Au bout de vingt-quatre heures, après un coup de fil passé par la secrétaire d'Etat, Condoleezza Rice, la présentation d'"excuses" et la promesse d'une "sérieuse enquête conjointe" sur l'incident, il n'était plus question de révocation ni d'expulsion.

    Blackwater - 800 000 dollars de contrats en cours avec Washington, 20 000 "soldats" sous son drapeau et 20 avions et hélicoptères dans ses entrepôts de Caroline du Nord - est "la plus puissante armée privée du monde", selon Jeremy Scahill, auteur d'un livre sur l'entreprise (Blackwater : The Rise of the Most Powerful Mercenary Army, éd. Nation Books/Avalon). Erik Prince, le richissime patron de Blackwater, est un gros contributeur financier des campagnes de l'administration Bush. Ce chrétien fondamentaliste a le bras long. Mais il existe au moins deux autres raisons pour lesquelles il est fort douteux que la justice irakienne puisse jamais déférer quiconque a participé à la tuerie dominicale. D'abord, Paul Bremer, alors proconsul américain à Bagdad, avait pris, quarante-huit heures avant son départ en juin 2004, un décret qu'aucun gouvernement irakien ne s'est donné la peine d'abroger : l'ordonnance 17 étend à tous les personnels civils employés par l'une ou l'autre des branches du gouvernement fédéral américain en Irak une immunité totale vis-à-vis de la justice locale.

    Or, et c'est la seconde raison, entre le département d'Etat, le ministère de la justice, celui de la sécurité intérieure, la CIA, le FBI, les diverses agences fédérales chargées de la reconstruction de l'Irak et le Pentagone, qui emploie à lui seul 7 800 "militaires privés" pour garder ses entrepôts, réparer ses équipements, protéger ses convois de vivres et matériels, entraîner sous contrat les soldats et policiers irakiens, surveiller ses prisons, interroger ses détenus - à Abou Ghraib, plusieurs "privés" ont été mêlés au scandale de la torture et aucun d'entre eux n'a été inquiété -, l'Etat américain a engagé 137 000 "contractuels", dont 21 000 Américains pour l'Irak. Environ un tiers sont des "soldats" qui mènent une guerre de l'ombre, une guerre cachée, leur guerre.

    L'armée proprement dite dispose actuellement de 168 000 hommes sur le terrain. Mais l'opinion américaine et l'opposition démocrate veulent faire rentrer les "boys" aussitôt que possible. D'ici l'été prochain, a promis le général David Petraeus, patron du contingent, les 30 000 renforts dépêchés sur place en juin seront rentrés chez eux.

    Or l'ancien secrétaire d'Etat Colin Powell, qui voulait deux fois plus de troupes pour l'invasion, l'a souvent dit : "Nous n'avons jamais eu assez d'hommes pour assurer la stabilité du pays, encore moins sa reconstruction."

    A eux seuls, les 48 000 "PSD" comme on les appelle à Bagdad (Personal Security Details), représentent plus de deux divisions. Nul ne peut croire qu'ils pourraient être remplacés par des soldats réguliers.

    Pour les aventuriers de la sécurité, l'Irak restera longtemps un eldorado.

    Patrice Claude
    LE MONDE du 23.09.07.


    _________________
    http://leclea.be/
    avatar
    MP

    Nombre de messages : 4696
    Date d'inscription : 18/06/2006

    Re: Pistoleros à Bagdad

    Message  MP le Mar 25 Sep - 8:50

    Tu aurais dû mettre ce texte dans la poubelle Twisted Evil

    Les allusions aux voitures qui roulent à tombeau ouvert sont à mettre en relation avec les 3.000 soldats déjà flingués : tu crois que tu glanderais la fleur aux lèvres dans ce contexte ?

    Quant à l'image du type qui va vite faire un carton avant de partir en congé, c'est aussi gratuit que gerbatoire.
    avatar
    fran6
    Admin

    Masculin
    Nombre de messages : 2521
    Age : 40
    Localisation : Liège
    Date d'inscription : 18/06/2006

    Re: Pistoleros à Bagdad

    Message  fran6 le Mar 25 Sep - 9:05

    C'est vrai quoi pauvres soldats américains, pauvres mercenaires, tito ne l'oublie jamais mais ils sont l'avant garde de notre civilisation, ils sont les garants de nos libertés Wink

    lol!
    avatar
    tito varich
    Admin

    Nombre de messages : 1157
    Localisation : E411
    Date d'inscription : 19/06/2006

    Re: Pistoleros à Bagdad

    Message  tito varich le Mar 25 Sep - 13:32

    MP a écrit:Tu aurais dû mettre ce texte dans la poubelle Twisted Evil

    Les allusions aux voitures qui roulent à tombeau ouvert sont à mettre en relation avec les 3.000 soldats déjà flingués : tu crois que tu glanderais la fleur aux lèvres dans ce contexte ?

    Quant à l'image du type qui va vite faire un carton avant de partir en congé, c'est aussi gratuit que gerbatoire.

    Elle n'est que le témoignage direct d'un de ses collègues.
    Mais puisque tu étais sur place et que les détails te sont hautement familiés, donne nous ta version...


    _________________
    http://leclea.be/
    avatar
    Trinita

    Masculin
    Nombre de messages : 3644
    Date d'inscription : 19/06/2006

    Re: Pistoleros à Bagdad

    Message  Trinita le Mar 25 Sep - 15:15

    fran6 a écrit:C'est vrai quoi pauvres soldats américains, pauvres mercenaires, tito ne l'oublie jamais mais ils sont l'avant garde de notre civilisation, ils sont les garants de nos libertés Wink

    lol!

    Posons les faits.Leur présence est une honte, je le dis sans détours.. maintenant, de combien de massacres sont ils responsables?
    avatar
    MP

    Nombre de messages : 4696
    Date d'inscription : 18/06/2006

    Re: Pistoleros à Bagdad

    Message  MP le Mar 25 Sep - 19:45

    Posons les faits.Leur présence est une honte, je le dis sans détours.. maintenant, de combien de massacres sont ils responsables?

    Il me semble qu'on peut regretter la guerre d'Irak.

    Mais en quoi ces soldats en sont-ils responsables ?

    Mais bien entendu, ce sont tous des sadiques ...

    Contenu sponsorisé

    Re: Pistoleros à Bagdad

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 17 Nov - 2:11