Alter-MuRAX

Jeu 18 Jan - 14:48


    Séparation : le mot n'est plus tabou

    Partagez

    RAME16

    Masculin
    Nombre de messages : 2398
    Age : 50
    Date d'inscription : 20/06/2006

    Séparation : le mot n'est plus tabou

    Message  RAME16 le Mer 5 Sep - 18:14

    Séparation : le mot n'est plus tabou
    DELVAUX,BEATRICE

    lundi 03 septembre 2007, 07:09
    Il est des moments qu'il faut marquer d'une croix car l'histoire s'y fait en direct. Comme aujourd'hui, depuis tous ces jours où l'idée de la séparation du pays, d'une Flandre indépendante et d'un solde bruxello-wallon (francophone ?) isolé, est passée du fictionnel au vraisemblable, de l'impensable à l'envisageable.

    Un indice parmi d'autres : lorsqu'on les interroge sur le pronostic de vie de la Belgique à moyen terme, plus aucun homme d'affaires, plus aucun homme politique ne répond, mais laisse un grand blanc qui en dit long. Ce n'est plus ici « l'irresponsable RTBF » qui joue à nous faire peur. Ce sont des hommes et femmes au fait de notre réalité qui envisagent le « bye bye Belgium ».

    Le tabou est donc tombé. Est-ce surprenant ? Non. Les divergences profondes entre Nord et Sud dans les conceptions sur le rôle de l'État fédéral et la manière de gérer les citoyens, la distance croissante entre la culture et le quotidien des deux populations, l'irritation née de négociations « entre sourds », rendent logique la question de savoir si l'on ne serait pas mieux séparé.
    Advertising by BEWEB

    Est-ce grave ? Non. La soudaine probabilité d'une scission force à la réflexion, à la responsabilité. Côté flamand, notamment, où l'on se rend soudain compte que cette « solution » comprend moult désavantages et complexités. « Plus facile à dire qu'à faire », titrait le Standaard en conclusion d'un très intéressant exercice séparatiste, ce week-end. Alors que l'Open-VLD Karel De Gucht évoquait un scénario illusoire, qui serait rejeté par la population et les milieux économiques du nord du pays dès qu'il deviendrait une réalité.

    Le tabou tombe et ce sont des Flamands qui admettent que la séparation n'est pas le paradis promis par les nationalistes et comportera de part et d'autre du sang et des larmes. Aux francophones de profiter de cette prise de conscience nordiste. Non pour se sentir soulagés – estimant que le boulet est à nouveau passé à côté de la cible –, mais au contraire pour, plus que jamais, construire ce projet qui leur permettra de se confronter au scénario séparatiste autrement qu'en claquant des genoux.

    http://www.lesoir.be/forum/editos/separation-le-mot-n-est-plus-2007-09-03-547311.shtml
    avatar
    MP

    Nombre de messages : 4696
    Date d'inscription : 18/06/2006

    Re: Séparation : le mot n'est plus tabou

    Message  MP le Mer 5 Sep - 19:26

    Il est certain qu'en cas de séparation, l'adrénaline des flamands ne trouvant plus d'exutoire à des revendications folles, devrait se trouver des débouchés internes ...

    D'autant plus facile que s'ils sont tous flamands face à l'"adversaire" francophone, ils ne peuvent se supporter, un fois entr'eux, d'un village à l'autre. Il suffit de voir le mépris d'un type d'Anvers pour un mec de Braschaat Very Happy

    Sur le plan économique, comme très bien démontré dans Le Soir il y a quelques jours, le bénéfice ne serait probablement pas au rendez-vous chez les flamands, dont la richesse tant vantée et les piètres succès commerciaux donnent la mesure de la fraglité.

    Le bon peuple court toujours sur son aire, faite de désinformation et de chiffres bidouillés, comme le Rapport du Warrand. Mais les responsables sont de moins en moins à l'aise et rengainent leurs fanfaronades.

    J'avais dit "encore deux mois à les laisser mariner pour qu'ils deviennent de vrais interlocuteurs" ... Cela pourrait être un timing raisonnable.

    L'intérêt des francophones pur la séparation est évidemmet un atout considérable. Reste à instaurer une bonne gouvernance en Wallonie, mais ça ... ?

      La date/heure actuelle est Jeu 18 Jan - 14:48