Alter-MuRAX

Mer 18 Oct - 19:27


    Philippe Muray.

    Partagez
    avatar
    MP

    Nombre de messages : 4696
    Date d'inscription : 18/06/2006

    Philippe Muray.

    Message  MP le Sam 1 Sep - 23:55

    Je tombe sur cet extrait du Philippe Muray, mort l'an dernier, et que je découvre seulement.

    Une plume rapide, entre dérision et lyrisme, bref, du style ...


    "... mais Valentine s'est brusquement mise à évoquer les troubles récents de banlieues, que certains commentateurs appelaient déjà avec bien de la grandiloquence l"intifada" des cités françaises", les voitures qui flambent, les écoles maternelles vandalisées, les pompiers lapidés, la grande peur des Blancs de souche, les prêcheurs islamistes en gandoura qui calme le jeu au cri d'"Allah Akbar" entre des baraquements de Mondial Moquette et de Leroy-Merlin, les maisons associatives pillées, les Noirs en insurrection, les crèches anéanties, le gouvernement dépassé par les événements. Elle s'exprimait de plus en plus vite, avec une violence tremblante, en regardant droit devant elle.
    - Tu as vu, disait-elle, l'appel de ces femmes africaines qui "exigent que leurs enfants rentrent à la maison " ? Comme si elles étaient en mesure d'exiger quoi que ce soit d'enfants à qui elles n'ont pas appris à intérioriser les interdits fondamentaux quand ils étaient en âge de le faire. D'un autre côté, on défend aux parents de taper sur leurs rejetons, et s'ils le font on les fout en prison. Où est la logique ? L'exemple des banlieues nous montre en tout cas que les grandes réformes uniformatrices et gérées au sommet ne permettent pas de trouver des solutions. La gauche, massivement convertie au multiculturalisme angélique, n'a fait qu'accélérer dans la société un climat délétère de victimisation qui va de pair avec l'impuissance compassionnelle de l'Etat. Elle a bonne mine, maintenant, de réclamer la mise en place rapide de pôles de prise de parole et d'initiative. Le déferlement depuis trente ans d'une immigration incontrôlée étrangère à nos croyances, à nos moeurs, à notre langue et à nos lois, avait d'avance compromis le lent travail de biologie sociale que requiert une intégration heureuse, et d'ailleurs nécessaire.
    Mais intégration à quoi ? A nos valeurs désintégrées, et désintégrées aussi par nous-mêmes ?Oui pourquoi pas ? En tout cas il est temps me semble-t-il d'ouvrir les yeux sur les assassins de la France, ceux qui de l'intérieur comme ceux de l'extérieur, pressés d'en finir, au nom de leur universalisme de merde, avec le pays de Montaigne, de Louis XIII, de Richelieu, de Diderot, du père de Foucault et des taxis de la Marne."

    Exrait de "Roues carrées" Philippe Muray

      La date/heure actuelle est Mer 18 Oct - 19:27