Alter-MuRAX

Mar 12 Déc - 11:17


    les éléphants quittent le cimetière

    Partagez
    avatar
    silverbold
    Admin

    Masculin
    Nombre de messages : 4001
    Localisation : BXL
    Date d'inscription : 17/06/2006

    les éléphants quittent le cimetière

    Message  silverbold le Jeu 28 Juin - 22:45

    DSK, Fabius: les éléphants quittent le cimetière
    Par Rue89 20H40 28/06/2007

    Le PS s'enlise dans ses batailles internes: l'ex-Premier ministre annonce son départ immédiat du bureau national.

    Lors des débats socialistes le 24 octobre (Reuters)

    Après Dominique Strauss-Kahn, c'est au tour de Laurent Fabius de claquer la porte du bureau national du Parti socialiste. Pour "laisser la place aux jeunes", affirme-t-il. Et comme pour DSK encore, c'est sur le blog de Jean-Michel Apathie qu'est parue l'information.

    L'ancien Premier ministre sera remplacé mardi prochain par Guillaume Bachelay, 32 ans, sa "plume" depuis une dizaine d'années et qui s'apprête à devenir son "conseiller spécial" à l'Assemblée nationale. "Je vais essayer de travailler différemment, de prendre un peu de temps pour réfléchir, consulter", a expliqué Laurent Fabius, cité par Apathie. Celui qui se décrit comme un "sage actif" ne veut "plus être impliqué, comme cela, dans la vie quotidienne du Parti socialiste. Il faut laisser cela aux jeunes, il faut leur faire de la place pour qu'ils puissent se préparer à la suite."

    Après Gaëtan Gorce la semaine dernière (voir la vidéo ci-dessous) et DSK, les défections se multiplient donc au sein du navire amiral du PS, où l'ambiance est de plus en plus tendue. Sur RTL, Strauss-Kahn avait fait le procès de ses camarades socialistes: "Ils ne disent pas aux Français ce qu’ils veulent entendre, c’est-à-dire que nous n’apportons pas de réponses aux problèmes qui sont les leurs." Des réponses que lui dit avoir, sans pouvoir les exprimer: "Mon problème, c’est que je ne réussis pas à faire passer des idées qui, je crois, sont des idées de gauche moderne."

    Quant à Fabius, dans un entretien accordé au Monde daté du 28 juin, il se disait préoccupé par "l'atmosphère délétère qui règne parmi les dirigeants socialistes", soulignant que les électeurs et militants "en sont furieux". Il s'en prenait ensuite à Ségolène Royal, dénonçant son "triple déficit" pendant la campagne présidentielle: "présidentialité, crédibilité, collégialité". Il regrettait notamment d'avoir été tenu à l'écart de la campagne: "Notre candidate a plutôt choisi de tenir à l'écart les principaux responsables socialistes."

    Samedi, le conseil national du PS avait déjà donné lieu à un véritable jeu de massacre anti-Royal, qui n'avait pas jugé utile de s'y rendre. Mais le premier secrétaire du parti avait également fait les frais de la colère de la nouvelle génération socialiste. François Hollande est accusé par ses détracteurs d'avoir sclérosé les instances dirigeantes du PS. Après dix années passées à la tête du parti, il a pourtant profité du conseil national pour confirmer qu'il ne se représentera pas à sa propre succession lors du congrès de 2008, mais les rancœurs sont tenaces. A l'image des critiques adressées par le député socialiste Gaëtan Gorce, même si ce dernier se défend de viser expressément le premier secrétaire:



    Volonté de paraître à l'écart des jeux d'appareil ou réelles divergences avec les idées du parti? Strauss-Kahn et maintenant Fabius entendent en tout cas se démarquer de leurs camarades en se plaçant au-dessus de la mêlée. Mais ils marchent en même temps sur les pas de Ségolène Royal dont se démarquer du Parti socialiste a été la ligne durant toute la campagne présidentielle.

    Les trois ex-prétendants à l'investiture en dehors de l'organe décisionnel, un premier secrétaire sur le départ, quatre ministres socialistes recrutés par Sarkozy, le délitement du PS se poursuit. A moins que le renouvellement tant espéré commence enfin à prendre corps... C'est notamment l'avis de Christophe Borgel, 44 ans, l'homme des réseaux politiques de DSK, qui prend sa place au Bureau national:

    Toute autre est l'analyse de Julien Dray. Pour le porte-parole du PS, "Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn prennent de la distance car ils sentent qu'ils doivent se mettre au-dessus de la lutte interne". Mais surtout, poursuit ce proche de Ségolène Royal joint par Rue89, "l'un et l'autre n'ont toujours pas digéré la bataille de la désignation [du candidat socialiste pour la présidentielle, ndlr], cela se voit dans leurs interviews et leurs petites phrases".

    http://www.rue89.com/2007/06/28/apres-dsk-fabius-les-elephants-quittent-le-cimetiere-socialiste
    avatar
    Trinita

    Masculin
    Nombre de messages : 3644
    Date d'inscription : 19/06/2006

    Re: les éléphants quittent le cimetière

    Message  Trinita le Jeu 28 Juin - 23:07

    Je comprend toujours pas pourquoi le PS s'est pas débarassé de ce gros boulet de Fabius

      La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 11:17