Alter-MuRAX

Ven 15 Déc - 7:17


    Peines alourdies à Paris pour les "filières tchétchènes

    Partagez
    avatar
    silverbold
    Admin

    Masculin
    Nombre de messages : 4001
    Localisation : BXL
    Date d'inscription : 17/06/2006

    Peines alourdies à Paris pour les "filières tchétchènes

    Message  silverbold le Mar 22 Mai - 17:03

    Peines alourdies à Paris pour les "filières tchétchènes"

    22/05/2007 - 15h46 - © Reuters

    Des peines prononcées en première instance contre neuf personnes poursuivies pour avoir constitué en France un réseau de recrutement de combattants islamistes et préparé un attentat à l'arme chimique en 2002 à Paris ont été alourdies par la cour d'appel de Paris.

    Les magistrats ont porté de neuf ans à dix ans avec une peine de sûreté des deux tiers, la sanction maximale, la peine infligée en juin 2006 à Saïd Arif, un Algérien extradé de Syrie en juin 2004, présenté comme un membre important d'Al Qaïda.

    Ce lieutenant déserteur de l'armée algérienne aurait participé après sa formation en Afghanistan au "groupe de Francfort" (RFA), démantelé en décembre 2000 et soupçonné d'avoir préparé un attentat à Strasbourg. Il est ensuite allé en Géorgie pour rejoindre des groupes islamistes arabes entraînés par des militants tchétchènes,

    Prononçant pour le reste des peines allant de deux à sept ans fermes, les magistrats d'appel ont renvoyé en détention sur le champ, par un mandat de dépôt, un autre prévenu qui avait été libéré après être emprisonné pendant l'enquête. Ils ont délivré des mandats d'arrêt contre deux autres, absents à l'audience.

    La cour a confirmé les peines de prison ferme de deux prévenus et réduit de 18 mois de prison ferme à trois mois avec sursis la sanction du dernier prévenu. Une dizaine de personnes condamnées en première instance n'avaient pas fait appel.

    Enfin, la relaxe de Saliha Benahmed, emprisonnée durant un an pendant l'enquête, a été confirmée par la cour. Son avocate, Me Isabelle Coutant-Peyre, a l'intention de demander une indemnisation.

    Reconnus coupables "d'association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste", les suspects sont censés avoir préparé fin 2002 à La Courneuve et Romainville, en banlieue parisienne, un attentat à l'arme chimique ou biologique.

    Selon la déposition d'un des prévenus du dossier, le projet aurait visé la tour Eiffel, des commissariats de police ou encore le magasin Naf-Naf du centre commercial des Halles à Paris, censé représenter les "intérêts juifs" aux yeux des conspirateurs. Les prévenus ont nié à l'audience ce projet qui n'est attesté par aucune preuve matérielle.

    Sont en revanche avérés le financement de la cause islamiste par divers délits et la participation de ce groupe d'activistes entre 2000 et 2002 à l'acheminement de combattants islamistes en Afghanistan et dans le Caucase, en vue notamment de combats en Tchétchénie avec la guérilla indépendantiste.

    Le groupe aurait été organisé autour d'une famille de la région lyonnaise. Le père, Chellali Benchellali, un imam intégriste, a été condamné en première instance à 18 mois de prison avec sursis et expulsé en septembre 2006 vers l'Algérie.

    La cour d'appel a alourdi la peine de son ex-épouse Hafsa de deux ans de prison avec sursis à deux ans ferme. L'un de leur fils, Menad Benchellali, chef supposé du groupe, a été condamné en première instance à la peine maximale de dix ans de prison, avec une période de sûreté des deux tiers et n'a pas fait appel.

    Son frère Hafed, condamné à quatre ans de prison ferme, s'est désisté de son appel in extremis avant le délibéré.

    http://www.lepoint.fr/content/france/article?id=184238

      La date/heure actuelle est Ven 15 Déc - 7:17