Alter-MuRAX

Mer 18 Oct - 19:39


    Sarkozy "s'intéresse" aux électeurs du FN

    Partagez
    avatar
    silverbold
    Admin

    Masculin
    Nombre de messages : 4001
    Localisation : BXL
    Date d'inscription : 17/06/2006

    Sarkozy "s'intéresse" aux électeurs du FN

    Message  silverbold le Lun 16 Avr - 9:38

    Sarkozy "s'intéresse" aux électeurs du FN
    CHARLES JAIGU.
    Publié le 16 avril 2007
    Actualisé le 16 avril 2007 : 07h38


    « Il y a une autre possibilité que de s'abstenir ou voter FN », a affirmé, hier, le candidat UMP.

    OBJECTIF : premier tour. Pour ce dernier week-end, Nicolas Sarkozy a voulu convaincre le plus grand nombre d'électeurs du FN. Au programme, une journée dans la circonscription du député UMP Thierry Mariani, non loin d'Orange où régna longtemps le dernier maire FN, Jacques Bompard, puis Aix-en-Provence. Deux départements, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône, qui ont le plus voté Le Pen en 2002 (29 % des voix dans le Vaucluse). Déjà, il y a trois semaines, il avait choisi pour son premier déplacement de simple candidat de passer deux jours dans le Vaucluse. Il tiendra aussi son dernier meeting de premier tour, jeudi 19, à Marseille, où Jean-Marie Le Pen est toujours arrivé en tête lors des trois dernières élections présidentielles.

    « La majorité silencieuse »

    Car le candidat UMP en est persuadé, le vote Le Pen monte. Pour lui, le troisième homme de la campagne sera Le Pen, et non pas Bayrou. Il faut donc « aller chercher une par une » les voix de ceux qui se sont égarés chez Le Pen. Dans une interview à 20 Minutes, le candidat UMP explique très clairement : « Ce n'est pas Le Pen qui m'intéresse, c'est son électorat. »

    Samedi, depuis la place de la mairie de Châteauneuf-du-Pape, où il s'adressait à plusieurs centaines de sympathisants et de curieux, il s'est tourné vers « la majorité silencieuse », celle qui croit « au travail », et à la « fierté d'être français », tandis qu'une dizaine de personnes essayaient de chanter L'Internationale.

    Nicolas Sarkozy a refusé, vendredi, de reprendre à son compte la proposition de l'un de ses proches, Brice Hortefeux, en faveur d'une dose de proportionnelle à l'Assemblée. Mais il a justifié hier, lors d'un pique-nique républicain près d'Aix-en-Provence, son combat pour convaincre les électeurs potentiels de Jean-Marie Le Pen : « Moi, ce qui m'intéresse, c'est que l'on se tourne vers l'avenir. Je ne veux pas de Jean-Marie Le Pen au deuxième tour, comme en 2002. Il y a une autre possibilité que de s'abstenir ou voter Front national. »

    La veille, il avait retrouvé Michèle Alliot-Marie, François Fillon, Jean-Louis Borloo, et ses porte-parole Rachida Dati et Xavier Bertrand, pour un dîner dans les Alpilles. Ils ont évoqué les scénarios du deuxième tour, tablant d'abord sur « l'hypothèse jugée la plus probable, le duel Sarkozy-Royal », confie l'un des convives. Sarkozy a aussi expliqué que, dans ces derniers jours, il voulait marteler l'idée que l'on « fera ce que l'on dit ».

    Hier, Nicolas Sarkozy a aussi voulu vanter « la belle image » que formait le rassemblement de sa famille politique autour de lui : « Je vois bien ce qui se passe chez les autres. François Bayrou est seul. Quant à Ségolène Royal, elle s'estime si mal accompagnée qu'elle ne les sort jamais ! »

    « Combinaisons d'appareils »

    François Bayrou « est seul », mais il ne faut pas qu'il profite du geste de soutien de Michel Rocard à son endroit. Nicolas Sarkozy s'en est donc pris aux « combinaisons d'appareils » voulues par «M. Rocard et M. Bayrou ». « L'élection présidentielle, ce n'est pas ça », a-t-il ajouté. « Je pense aux électeurs de l'UDF qui n'ont jamais été à gauche et qui doivent trouver curieux que M. Bayrou aime parler à M. Besancenot et dise qu'il est plus proche de Mme Royal que de moi. »

    Les UDF qui ont choisi de soutenir Nicolas Sarkozy se retrouveront le 18 avril, à Issy-les-Moulineaux : Simone Veil, Gilles de Robien et André Santini diront que « Bayrou dénature l'UDF » et que « la vraie UDF doit se retrouver autour de Nicolas Sarkozy », explique André Santini.

    Le député, maire d'Issy-les-Moulineaux, veut désormais mobiliser ses anciens amis pour « reconstruire le parti centriste après Bayrou ». Explication : « La réponse de Bayrou à l'appel de Michel Rocard a permis de clarifier ses véritables intentions. Mes amis centristes, qui voulaient soutenir Sarkozy au deuxième tour, savent désormais qu'ils se sont trompés. »

    lien

      La date/heure actuelle est Mer 18 Oct - 19:39