Alter-MuRAX

Lun 23 Juil - 14:55


    A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Partagez
    avatar
    tito varich
    Admin

    Nombre de messages : 1157
    Localisation : E411
    Date d'inscription : 19/06/2006

    A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  tito varich le Dim 15 Avr - 14:20

    Je ne savais pas bien dans quelle rubrique mettre ce texte. Il parle de la France, du Moyen Orient et de la Belgique... mais il est paru dans le mensuel de l'Union des Progressistes Juifs de Belgique. Donc je le mets ici.

    http://www.upjb.be/

    Le 18 juin 2005, les Dernières Nouvelles D'Alsace publiaient un courrier du professeur Freddy Raphaël suite à une rencontre organisée à Strasbourg autour de Tariq Ramadan et Michel Warschawski, courrier auquel ce dernier répondait dans le même numéro. J’ai cru intéressant de publier la teneur de cette polémique (courrier de Freddy Raphaël et réponse de Michel Warschawski) étant donné sa toujours brûlante actualité, ainsi que les récents événements bruxellois nous l’ont montré. La réponse de Michel m’a paru d’autant plus pertinente qu’il y règle magistralement son compte à ce tenace, et combien irritant, concept de “civilisation judéo-chrétienne”.

    H. W.

    Courrier du professeur Freddy Raphaël

    « Comment se rallier aux propos de Michel Warschawski lorsqu'il affirme d'une part l'inexistence d'une civilisation judéo-chrétienne, et d'autre part que ce fantasme n'a été élucubré que pour justifier une lutte contre l'islam. Ce qui constitue le socle de la culture de l'Occident, et les lignes de force de ce que devrait être son engagement dans le monde contemporain, ce sont les valeurs héritées, retravaillées de siècle en siècle, du judéo-christianisme et de la pensée grecque, reprise par les Lumières. « Rire jaune » d'une telle assertion, c'est falsifier l'histoire.

    Comment, par ailleurs, souscrire à la distinction, qui se veut subtile, de Tariq Ramadan lorsqu'il bricole la notion des plus floues de « résistance légitime » pour justifier, en fait, le massacre des innocents. En condamnant les attentats contre la population civile, mais en affirmant d'un même souffle qu'ils sont « historiquement explicables », T. Ramadan se rallie à une logique qui, dans toutes les guerres, légitime la violence meurtrière. De tels propos font de ces « apôtres de la paix » des pousse-au-crime. Il faut, et c'est une exigence absolue, « refuser la peur et la haine ». Mais je crains que ces deux conférenciers, en soufflant sur les braises, ne les aient attisées ».

    Réponse de Michel Warschawski

    Freddy Raphaël, dont j'ai toujours respecté la rigueur et l'honnêteté intellectuelle, publie deux remarques sur une conférence à laquelle je ne crois pas qu'il ait daigné venir. L'aurait-il fait, qu'un débat ouvert et franc eut été non seulement le bienvenu, mais aurait permis un dialogue, ce qui, ces derniers temps, fait cruellement défaut et a laissé la place à de la méconnaissance fondée sur la peur, si ce n'est la peur fondée sur le refus d'écouter l'autre.

    Et tel était bien l'objet de notre conférence : créer une passerelle au dessus des murs qui séparent de plus en plus les communautés confessionnelles ou ethniques, et lutter contre la peur qui engendre le rejet, voire la haine, par l'écoute de l'autre et le dialogue.

    Mais veut-on encore, de part et d'autre, le dialogue entre juifs et musulmans ? Il m'arrive d'en douter. La mise en avant du concept de « civilisation judéo-chrétienne » est, pour beaucoup, un moyen de justifier la logique, mortifère s'il en est, du « choc des civilisations » chère non seulement aux néo-conservateurs américains et leurs alliés des églises intégristes protestantes, mais aussi à tous ceux qui, en France également, veulent mener la croisade anti-musulmane, sous couvert de lutte contre le terrorisme ou... l'insécurité. Je persiste et signe : la « civilisation judéochrétienne » est un concept qui me fait rire jaune : il s'est construit sur le sang de millions de martyrs juifs qui, au cours des deux derniers millénaires, a abreuvé le sol de l'Europe chrétienne de Saint Louis au pogrom de Kichinev, d'Isabelle la Catholique à Treblinka. Ce n'est qu'à la révolution française que les juifs ont commencé à être acceptés, en Europe, comme « innocents » du meurtre du Christ ou autres crimes rituels, et non sans difficultés et régressions catastrophiques, comme l'ont montré l'affaire Dreyfus et, encore tout récemment, le génocide nazi. Je ne peux que suggérer à Freddy Raphaël de relire ce livre qui a bercé mon adolescence à Strasbourg, le Bréviaire de la Haine de Léon Poliakov.

    A l'inverse, il y a eu une civilisation judéomusulmane, qui a duré - avec ses cimes et ses reculs bien évidemment - pendant plus d'un millénaire, de l'Age d'Or andalou à la culture arabo-berbère des pays du Maghreb: elle a produit Maimonide et Averroès, Ibn Gabirol et Avicenne. C'est elle, et non la civilisation « judéo-chrétienne », comme l'affirme à tort Freddy Raphaël, qui a introduit, dès le haut Moyen Age, les classiques grecs dans la pensée européenne. Sans faire d'angélisme et sans ignorer les parts d'ombre de son histoire, le monde judéomusulman n'a connu, pendant douze siècles, ni génocides ni expulsions en masse mais, à l'inverse, une coexistence plus ou moins harmonieuse qui a produit une partie des fondements de la culture humaine.

    Ceci dit, il n'est évidemment pas question d'ignorer les efforts des églises chrétiennes - protestantes, puis, depuis Vatican II, catholiques - pour ouvrir un nouveau chapitre dans les relations judéo-chrétiennes, fondé sur la demande de pardon pour le sang versé, et fait de respect mutuel et de fraternité.

    Mais au moment où l'on veut faire des Juifs les béliers d'une nouvelle croisade contre l'Islam - avant qu'ils n'en redeviennent, n'en doutons pas, les boucs émissaires - il ne me semblait pas inutile de raviver, devant un public où se côtoyaient français de culture chrétienne, juive et musulmane, cette mémoire de notre histoire.

    Le deuxième point soulevé par Freddy Raphaël concerne les propos de Tariq Ramadan qui, j'en suis certain, saura se défendre tout seul. Mais je crois qu'il serait malhonnête de ma part de ne pas faire au moins une mise au point : J'ai écoute avec une attention redoublée ses propos pendant la conférence de la Hautepierre (et nous avons demandé, l'un et l'autre, et pas par hasard, que soit enregistrée l'intégralité de nos propos) précisément parce qu il est devenu commun de lui prêter des propos qu'il n'a pas tenus, mais qu'on attend évidemment de lui, après qu'on l'ait décrit comme terroriste doublé d'antisémite (comme il se doit d'un penseur musulman à l'époque de la nouvelle croisade). Si Freddy Raphaël avait été au meeting, il n'aurait pas écrit les propos qui se trouvent dans sa lettre, ne serait-ce que parce que nous y avons tous les deux réglé son compte à l'argument éculé et indécent du « double langage ». Et voilà que Freddy Raphaël l'utilise à nouveau : certes, écrit-il en substance, Tariq Ramadan a dénoncé le terrorisme (pas moins de 7 fois dans son exposé, et plusieurs autres fois au cours du débat ou il - 31 - s'est même mis en colère - ce qui est assez rare chez lui - contre ceux qui parlaient de génocide des Palestiniens, ce qui mériterait d'être souligné), mais, en parlant du droit légitime à la résistance (y compris armée) contre l'occupation, « il justifie en fait le massacre des innocents... et se rallie a une logique qui, dans toutes les guerres, légitime la violence meurtrière.. » Freddy Raphaël, comme chercheur de valeur et comme intellectuel d'une grande intégrité morale, nous a habitués à plus de rigueur.

    Comme je partage totalement ce qu'a dit, à la Hautepierre, Tariq Ramadan, je me permets de le répéter, dans mes propres termes : le terrorisme, c'est-à-dire prendre des civils comme cible, est inacceptable, éthiquement et politiquement, et doit être condamné sans aucune ambiguïté - qu'il soit individuel ou d'Etat, perpétré par des bombes artisanales dans des bus à Tel Aviv ou par des bombes de mille kilos lancées d'un avion de chasse sur un quartier résidentiel à Gaza. La dénonciation du terrorisme est d'ailleurs immorale et obscène dès lors qu'elle ne s'adresse qu'à une des parties, et devient une manipulation politicienne et une instrumentalisation de l'éthique pour justifier une cause politique, quelle qu'elle soit d'ailleurs.

    La résistance contre l'occupation, y compris par des actions militaires ciblant des objectifs militaires et des institutions de l'occupant, n'est pas seulement légitime mais, comme le dit, entre autre, la constitution américaine, "le plus sacré des devoirs". Pour l'avoir entendu, il y a plus de 40 ans, à Strasbourg, parler de la résistance en France, je sais que Freddy Raphaël partage cette opinion. Israël serait-il une exception? Et si les Palestiniens n'ont pas "le droit légitime de résister" à l'occupation, que doivent-ils faire ? Se soumettre à la politique de colonisation d'Ariel Sharon ?

    Quiconque est sincèrement intéressé à mettre fin au terrorisme - et en ce qui me concerne, ce n'est pas un problème abstrait et théorique mais une question de vie et de mort pour mes enfants et petits enfants - doit pouvoir reconnaître le droit à résister par d'autres moyens. Sinon, il laisse entendre qu'il rejette d'un seul bloc une manifestation pacifique, une embuscade contre une patrouille militaire et un attentat kamikaze dans un café de Jérusalem, et n'a donc aucune chance de convaincre que l'on peut - que l'on doit - résister, sans pour autant accepter, pour une finalité juste, l'utilisation de tous les moyens.

    Mais veut-on convaincre ? Mais veut-on mettre fin à la violence contre des civils, parce qu'ils sont innocents, quelle que soit leur nationalité ou leur religion ? J'en doute parfois, soupçonnant certains de vouloir favoriser l'utilisation par l'"ennemi" des moyens les plus abjects, pour se conforter dans sa bonne conscience et son refus de soutenir le combat légitime contre l'oppression et la colonisation. Je sais que telle n'est pas la position de Freddy Raphaël, mais n'y mène-t-il pas en ciblant Tariq Ramadan, au lieu de louer publiquement et inlassablement ses efforts pour maintenir des valeurs éthiques dans ses propre rangs.

    Oui, j'aimerais qu'il y ait davantage de théologiens et d'intellectuels juifs de France qui dénoncent le terrorisme israélien (le lynchage d'un Palestinien par des colons cette semaine à Gaza, par exemple) avec la même vigueur que celle de Tariq Ramadan quand il dénonce le terrorisme arabe. J'accepterais même les soi-disant "ambiguïtés" et "subtilités" que Freddy Raphaël soupçonne chez Tariq Ramadan.

    Source : http://www.upjb.be/fr/mensuel/Mensuel%20avril%202007.pdf


    _________________
    http://leclea.be/
    avatar
    hauteclaire

    Féminin
    Nombre de messages : 692
    Localisation : belgique
    Date d'inscription : 19/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  hauteclaire le Dim 15 Avr - 16:31

    A l'inverse, il y a eu une civilisation judéomusulmane, qui a duré - avec ses cimes et ses reculs bien évidemment - pendant plus d'un millénaire, de l'Age d'Or andalou à la culture arabo-berbère des pays du Maghreb: elle a produit Maimonide et Averroès, Ibn Gabirol et Avicenne. C'est elle, et non la civilisation « judéo-chrétienne », comme l'affirme à tort Freddy Raphaël, qui a introduit, dès le haut Moyen Age, les classiques grecs dans la pensée européenne. Sans faire d'angélisme et sans ignorer les parts d'ombre de son histoire, le monde judéomusulman n'a connu, pendant douze siècles, ni génocides ni expulsions en masse mais, à l'inverse, une coexistence plus ou moins harmonieuse qui a produit une partie des fondements de la culture humaine.


    C'est ça , "la réponse pertinente qui règle magistralement son compte au concept tenace et irritant de civilisation judeo-chrétienne " ?
    avatar
    Krill

    Féminin
    Nombre de messages : 2777
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 17/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  Krill le Dim 15 Avr - 19:15

    Culture judéo-musulmane ou judéo-chrétienne ?
    Il me semble que les 2 ont raisons !
    Pour mémoire et trèèèès synthétisé….

    Une culture judéo-musulmane a bien existé :
    Al-Kindi, Al-farabi, Al-khwarezmi, Avicenne, Al-gazzali, Avicebron, Avempace, Abubaker, Ibn-Tofail, Averroes, Maïmonide et le dernier, Ibn-khaldun…
    Ils sont musulmans et juifs.

    « Dans l'histoire de la culture occidentale, il y a eu hellenisation posthume de la romanité dont les principaux agents de transmission sont venu de la terre d'islam.
    Au principe même de l'identité européenne, sont les traducteurs juifs de Tolède et les philosophes arabes d'Andalousie, et, en deçà - au confins des VIIIème-IXème siècles, lorsque l'occident était encore partiellement dans les ténèbres-, les multiples lumières de l'Orient et le règne de Bagdad, celui de la rencontre, de la collaboration entre les arabes chrétiens et les arabes musulmans.
    Bagdad, à l'époque de Charlemagne, était un centre de traduction comme cela ne s'était encore jamais vu ; on y traduisait tout allant partout chercher des manuscrits dans les 6 grandes littératures : hébraïque, syriaque, persane, hindoue, latine et grecque.
    La traduction s'est accompagnée, outre la copie, de la lecture des textes, de leur commentaire et de l'écriture de nouveaux textes, nouveaux livres.
    Au XIIème siècle, Tolède sera au monde chrétien ce que Bagdad était au monde musulman. »
    A. de Libera, Penser au Moyen-Age

    Par une évolution rapide cette pensée au contact de la Chine et de l'Inde, dépositaire de la culture grecque, enrichie par les Turcs et les Romains, va atteindre des sommets, mais va rapidement s'éteindre et ne jamais renaître. Mais c'est grâce à elle que le réveil de l'Europe va s'amorcer et se développer !

    De l'autre côté, une culture judéo-chrétienne, toujours vivante, existe bien.
    Spinoza, Marx, Freud, Einstein… et tous les autres :
    http://www.histoiredesjuifs.com/categories.aspx?category=22
    Bien que leur présence remonte au moins au IVème siècle en France (par exemple), bien que leurs persécutions aient été récurrentes, bien que l'évidence de leur contribution et sa reconnaissance remonte aux XVIIIème et XIXème siècles…

    Quelque chose s'impose ! Qui n'est pas comparable dans la durée, dans les époques et c'est bien là l'absurde de ce débat stérile entre ces 2 personnes dont je n'ai jamais entendu parler et repris sur le site de Tariq Ramadan…
    http://www.tariqramadan.com/article.php3?id_article=372

    Comme s'impose à moi que qu'il n'y a pas de « génération spontanée » dans la culture comme dans les cultures mais parfois des sauts…
    Je terminerai par cette citation attribuée à Bernard de Chartres (pas Saint Bernard…, celui de l'École de Chartres !) :
    « Nous ressemblons à des nains assis sur les épaules de géants. Nous pouvons voir plus de choses et plus loin qu'eux, non que notre vue soit plus perçante ou notre taille plus élevée, mais parce que nous sommes portés par leur grandeur. »

    A lire ces 2 messieurs… on se demande à quoi cela leur sert d'être porté !
    Si c'est pour ratatiner l'histoire et justifier son "avis"... Rolling Eyes
    avatar
    Krill

    Féminin
    Nombre de messages : 2777
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 17/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  Krill le Dim 15 Avr - 20:23

    avatar
    hauteclaire

    Féminin
    Nombre de messages : 692
    Localisation : belgique
    Date d'inscription : 19/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  hauteclaire le Dim 15 Avr - 22:13

    Quand c'est bien , faut le dire : bravo ,ma chère Krill , pour cet exposé érudit et impartial !
    avatar
    Trinita

    Masculin
    Nombre de messages : 3644
    Date d'inscription : 19/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  Trinita le Lun 16 Avr - 4:00

    boaf perso ça me dérange pas de dire que nous vivons dans une civilisation "judéo islamo chrétienne", mais c'est vrai que le terme est pas très glamour ni accrocheur à l'oreille...et long aussi..


    JanL

    Nombre de messages : 91
    Date d'inscription : 26/03/2007

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  JanL le Lun 16 Avr - 10:55

    Concernant l'article de Warschawski, il me semble qu'il confond l'influence du judaïsme dans le christianisme, qui tous deux forment une part importante de notre "background" culturel, avec la coexistence entre juifs et chrétiens, ce qui n'est pas la même chose.

    Il a raison de dire que la coexistence entre Juifs et Musulmans a, globalement, été pacifique et positive mais aujourd'hui, ce sont plutôt les Israéliens et les Arabes que les Européens qui devraient s'en inspirer.

    Quant à Ramadan, je répète ce que j'ai dit ailleurs: si ses propos paraissent à beaucoup acceptables, ses réseaux et ses engagements eux sont aussi légitimement critiquables (ex.: sa préface du livre de Al Qaradhawi, son engagement aux côté de la Jammat E Islami pajkitaniase dans le réseau Pro Hijab,...).

    Enfin, s'il appelle les juifs à se montrer plus critique vis-à-vis d'Israël, j'ajouterai pour ma part que cette attitudecritique devrait valoir pour tous face à l'injustice quelle que soit sa forme.

    JanL

    Nombre de messages : 91
    Date d'inscription : 26/03/2007

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  JanL le Lun 16 Avr - 10:57

    (ex.: sa préface du livre de Al Qaradhawi, son engagement aux côté de la Jammat E Islami pajkitaniase dans le réseau Pro Hijab,...).
    [quote]

    Je voulais écrire "pakistanaise" évidemment. Embarassed

    JanL

    Nombre de messages : 91
    Date d'inscription : 26/03/2007

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  JanL le Lun 16 Avr - 10:58

    (ex.: sa préface du livre de Al Qaradhawi, son engagement aux côté de la Jammat E Islami pajkitaniase dans le réseau Pro Hijab,...).
    [quote]

    Je voulais écrire "pakistanaise" évidemment. Embarassed

    RAME16

    Masculin
    Nombre de messages : 2398
    Age : 50
    Date d'inscription : 20/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  RAME16 le Mar 17 Avr - 12:19

    la culture islmo chrétienne existe encore. voir les bush et les laden

    RAME16

    Masculin
    Nombre de messages : 2398
    Age : 50
    Date d'inscription : 20/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  RAME16 le Mar 17 Avr - 12:22

    achetez laden ! come disait la publicité très revelatrice des années 80.

    "LADEN de tout s'occupe" c'était dit par un tarzan à sa jane.

    mais en réalité c'était les djihadistes qui bossait pour les usa dont un certains laden

    la suite on la connait

    http://fr.shopping.com/xPP-lave_vaisselle--laden
    avatar
    silverbold
    Admin

    Masculin
    Nombre de messages : 4001
    Localisation : BXL
    Date d'inscription : 17/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  silverbold le Mar 17 Avr - 13:28

    RAME16 a écrit:la culture islmo chrétienne existe encore. voir les bush et les laden

    Franchement, je ne suis pas sur que Bush fils connaisse la signification du mots "culture"....

    lol! lol! lol! lol!

    RAME16

    Masculin
    Nombre de messages : 2398
    Age : 50
    Date d'inscription : 20/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  RAME16 le Mar 17 Avr - 13:44

    parait qu'un ventriloque parle à sa place ! lui ne fait que remuer les lèvres.
    avatar
    Krill

    Féminin
    Nombre de messages : 2777
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 17/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  Krill le Mar 17 Avr - 13:48





    RAME16

    Masculin
    Nombre de messages : 2398
    Age : 50
    Date d'inscription : 20/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  RAME16 le Mar 17 Avr - 13:49

    silverbold a écrit:
    RAME16 a écrit:la culture islmo chrétienne existe encore. voir les bush et les laden

    Franchement, je ne suis pas sur que Bush fils connaisse la signification du mots "culture"....

    lol! lol! lol! lol!

    quand on voi tl epère hein ,....
    avatar
    Krill

    Féminin
    Nombre de messages : 2777
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 17/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  Krill le Mar 17 Avr - 13:52

    JanL a écrit:
    Je voulais écrire "pakistanaise" évidemment. Embarassed


    Shocked mais qu'est-ce que vous avez à crypter vos messages ?

    ce forum est noyauté voire caviardé par des services secrets à la solde d'une puissance étrangère et maléfique cela va sans dire !!!


    Bob Marley

    RAME16

    Masculin
    Nombre de messages : 2398
    Age : 50
    Date d'inscription : 20/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  RAME16 le Mar 17 Avr - 14:00

    Krill a écrit:
    JanL a écrit:
    Je voulais écrire "pakistanaise" évidemment. Embarassed


    Shocked mais qu'est-ce que vous avez à crypter vos messages ?

    ce forum est noyauté voire caviardé par des services secrets à la solde d'une puissance étrangère et maléfique cela va sans dire !!!


    Bob Marley
    mais non krill c'est du belge 100%
    avatar
    Krill

    Féminin
    Nombre de messages : 2777
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 17/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  Krill le Mar 17 Avr - 14:12

    et en français... ça veut dire quoi ????







    RAME16

    Masculin
    Nombre de messages : 2398
    Age : 50
    Date d'inscription : 20/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  RAME16 le Mar 17 Avr - 14:15

    sais pas !
    avatar
    Krill

    Féminin
    Nombre de messages : 2777
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 17/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  Krill le Mar 17 Avr - 14:19




    lol!
    avatar
    silverbold
    Admin

    Masculin
    Nombre de messages : 4001
    Localisation : BXL
    Date d'inscription : 17/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  silverbold le Lun 30 Avr - 18:48

    Islamisme Pour Tariq Ramadan : la femme musulmane est l’avenir de la oumma

    Le discours du prédicateur musulman

    Les mots du célèbre personnage ne se distinguent en rien de l’exégèse traditionnelle, ou même, fondamentaliste. Si ce n’est qu’il s’adresse aux femmes, considérées comme l’avant-garde de la communauté des croyants.

    Fonder une société islamique à l’échelle mondiale, tel est l’édifice auquel Tariq Ramadan apporte sa pierre. Il l’écrit dans ses ouvrages, le dit dans des conférences (enregistrées et diffusées en cassettes audio et vidéo) qu’il tient dans de nombreux pays d’Europe ou d’Afrique, essentiellement devant un auditoire engagé dans diverses associations musulmanes. Cultivé, communicateur, polémiste redoutable, cet islamologue mise sur une population jeune et diplômée pour promouvoir la oumma, la communauté des croyant(e)s, en faire une avant-garde censée intervenir dans tous les secteurs de la vie sociale et politique. Une perspective à laquelle il associe particulièrement les femmes : " Le mouvement de renouveau islamique passe pour beaucoup par l’énergie que les femmes mettent à se mobiliser ", déclare-t-il (1), en se réjouissant qu’au Pakistan, en Malaisie, en Europe ou aux États-Unis, les musulmanes " se bougent " contre " ce qui discrimine, pour tout ce qui réoriente notre société vers plus d’islam " (1).

    Pour Tariq Ramadan, le féminin se situe au centre des enjeux car, " en aval de cette question fondamentale, le débat s’ouvre sur la conception spécifique de l’être, du couple, de la famille, et plus largement de la société " (2). D’où son acharnement à faire des femmes les principaux vecteurs de sa pensée dans ces différents domaines (voir ci-dessous). Alors qu’il se présente comme un " réformiste ", son discours n’est aucunement fondé sur une exégèse des textes sacrés de l’islam en rupture avec celle des traditionalistes, ni avec celle des fondamentalistes. Dans chacune de ses conférences, il récite (en arabe et traduit en français) les dires et les faits du prophète, et enjoint l’assistance à suivre à la lettre le Coran et la sunna - " ce sont nos sources ". Il somme son auditoire de calquer sa vie quotidienne sur la vie sociale observée au VIIe siècle : " Nous devons avoir l’intelligence des textes et l’intelligence du contexte ", précise-t-il à chacune de ses prédications.

    Tariq Ramadan récuse l’idée selon laquelle l’islam est le facteur déterminant de la discrimination des femmes. Pour lui, les coutumes et les traditions, ainsi que les politiques des gouvernements musulmans existants, en sont responsables. À l’exception de l’Iran, tous ces pays sont montrés du doigt. " En matière de liberté politique, comme sur le plan de la participation des femmes, ce pays est nettement en avance sur l’Égypte, la Tunisie ou l’Arabie saoudite, qui sont les alliés immédiats de l’Occident. (...) Ayons l’honnêteté de reconnaître que l’Iran est davantage un État de droit et de participation citoyenne que la plupart des autres pays musulmans. Et le mouvement des femmes est à nul autre pareil ", répond-il dans Peut-on vivre avec l’islam ?, livre entretien avec Jacques Neirynck (2). À son interlocuteur, il jure ne pas vouloir faire de l’Iran un modèle, mais dans une conférence (1), il proclame : " Cet État iranien, sur le plan des femmes, devrait être un bon exemple : des femmes parlent de spiritualité et de vouloir plaire à Dieu, elles parlent de défense de leurs droits et de transformer une société pour produire une véritable société islamique. De ces femmes-là, nous en avons besoin. "

    Tariq Ramadan se désole que des femmes " s’engagent pour lutter contre les discriminations sans développer suffisamment une conscience de la spiritualité et une conscience de la révélation de Dieu " (1). Il insiste : " Dans leur lutte, elles oublient le devoir fondamental. On veut des femmes pieuses, et la meilleure des choses qui puissent être données à un homme, c’est une femme pieuse. "

    Qu’il se trouve en Afrique, aux États-Unis ou en Europe, le prédicateur (3) prodigue les mêmes conseils à un auditoire subjugué par son charisme. Partout, il expose sa vision, reposant essentiellement sur la promotion d’une identité communautaire basée sur la religion : " Où que je sois, dans n’importe quel continent, avant d’être un musulman africain ou européen, je suis un musulman ", tranche-t-il (4). Prônant une internationale islamiste, Tariq Ramadan appelle les militant(e)s à faire de l’entrisme dans les instances démocratiques, à en devenir de vrais acteurs et à compter dans le débat politique. Il incite ainsi les " sours " à s’investir dans les domaines caritatif et social, notamment auprès des délinquantes et des prostituées, " issues de familles musulmanes ", précise-t-il, y compris en pénétrant dans les prisons, à l’image du travail déjà effectué par les " frères ". Et de leur conseiller de créer " des petites structures d’accompagnement à l’éducation des jeunes filles et de votre propre éducation ". Il faut, assène-t-il, " une formation islamique pointue ", tout en faisant de " l’accompagnement scolaire ". " Soyez des êtres qui rappellent la spiritualité, qui orientent la communauté et qui participent à sa réforme " (1).

    Mais pour Tariq Ramadan, une femme inculte ne peut diffuser cette propagande. D’où ses appels incessants à l’éducation : " On n’est pas crédibles quand les hommes parlent à la place des femmes. (...) Quand une femme dit : "Moi, le voile, quand je le porte, il n’est pas la contrainte de mon père, de mon mari, il est l’exigence de ma foi et un acte de cour et je vous demande, à vous tous qui me regardez, de me considérer comme un être pas comme un corps", je vous promets qu’elle touche énormément de femmes " (1). Dans une autre cassette (5), il insiste sur ce point : " Je peux faire cent conférences sur le fait que l’islam ne discrimine pas les femmes, qui peut me croire ? C’est toujours le même homme, et un homme qui le dit. Il faut que ce soit les femmes qui se fassent entendre. " Car " c’est sur la situation des femmes qu’on nous attaque le plus ". Ses conférences sont en fait un mélange de cours doctrinaux et de propagande : " Il faut construire notre discours " pour faire passer le message, ne cesse-t-il d’asséner.

    Ses cassettes se vendent à 50 000 exemplaires chaque année, par les Éditions Tawhid de Lyon, gérées par l’Union des jeunes musulmans de France. Son vaste réseau, en France et ailleurs, multiplie les rencontres, dans les mosquées ou dans des salles publiques, diffuse ses écrits par les sites islamiques. Tariq Ramadan semble fier de contribuer à la promotion de l’islam politique. " En moins de cinquante ans, alors que la première génération faisait face au vide et au presque rien en matière d’organisation islamique, nous voilà passés à un foisonnement imprévu et impressionnant. Les associations musulmanes se comptent désormais par milliers et partout, dans chaque ville, dans chaque quartier, on trouve des groupes actifs qui, tout en se formant, organisent des rencontres, des conférences ou des sorties ", écrit-il (6).

    Dans ce cadre, le mouvement des femmes doit être orienté " pour et dans l’islam et non contre les hommes ", comme c’est le cas en Occident, note-t-il. Le doctrinaire fait systématiquement la distinction entre ces militantes " pieuses " et celles " au discours totalement occidentalisé " à bannir, telles l’Algérienne Khalida Messaoudi ou la Bengalie Taslima Nasreen. Le prosélyte se félicite de l’avancée de la stratégie de l’internationale islamiste. Selon lui, le discours fonctionne à plein, grâce à la transmission du message. " Il se passe quelque chose aujourd’hui "du côté de l’islam". (...) "réislamisation" là-bas ou affirmation identitaire ici, des revendications populaires de plus en plus audibles... Face à l’Occident, le monde musulman est parcouru par une énergie nouvelle, à la fois active et réactive, qui marque sa spécificité à grande échelle ", jubile Tariq Ramadan dans Islam, le face-à-face des civilisations (7).

    À l’écouter, à le lire, la société islamique, la société de " morale " pour laquelle il milite, avance progressivement. Mais pour lui, cette internationale islamiste ne se consolidera que si, au-delà des musulmans, des alliances se créent avec d’autres forces (voir sa tribune dans Libération du 14 janvier 2003), séduites par le discours tiers-mondiste, antiaméricain. Le manipulateur Ramadan sait y faire. Il a su s’imposer au Forum social européen. Mais il n’a pas pu jouer avec les féministes altermondialistes qui, elles (et eux), ont décrypté son idéologie et sa stratégie à partir de sa conception des rapports entre les hommes et les femmes. Au final, pas si éloignée de celle des autres fondamentalismes religieux.

    Mina Kaci

    (1) La Femme musulmane face à son devoir d’engagement, cassettes n§ 21 et 22, Éditions Tawhid.

    (2) Peut-on vivre avec l’islam ?, Jacques Neirynck et Tariq Ramadan, Éditions Favre.

    (3) " Je ne traduis plus "daâwa" par prédicateur car, dans l’esprit des chrétiens, la prédication, c’est le prosélytisme. Or nous n’avons pas le droit au prosélytisme. Nous sommes en fait des témoins, nous transmettons le message ", dit-il dans la conférence sur " Identité musulmane, construire notre discours ", diffusée en cassette.

    (4) Cassette intitulée Identité musulmane, construire notre discours.

    (5) Conférence sur les relations hommes-femmes, cassette n§ 5.

    (6) Musulmans d’Occident, Éditions Tawhid.

    (7) Islam, le face-à-face des civilisations, Éditions Tawhid.


    http://www.humanite.fr/journal/2004-01-17/2004-01-17-386324
    avatar
    MP

    Nombre de messages : 4696
    Date d'inscription : 18/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  MP le Mar 1 Mai - 13:02

    Il ferait mieux d'oeuvrer à une société qui saurait encore rire ...

    RAME16

    Masculin
    Nombre de messages : 2398
    Age : 50
    Date d'inscription : 20/06/2006

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  RAME16 le Mer 2 Mai - 12:56

    bonbonbon,

    ce tarik ramadan est vraiment ignorant ou alors de très très mauvaise foi.

    ce qu'il dit clairement vis à vis des femmes comme étant l'avant garde , ben c'est simplement leur donner une fonction de convertisseuse d'occidentaux et qui aura tout bonni pour la oumma.

    maintenant il montre son vrai visage.

    voici un contre exemple qui coule ses conneries.

    http://ecrits-vains.com/mots_dits/wilar60.htm

    prix Nobel de la paix 2003 a été attribué hier à Shirin Ebadi. Cette avocate iranienne qui exerçait les fonctions de juge sous l’ancien shah et a été destituée par l’imam Khomeynei (une femme étant considérée comme « trop émotive » pour présider un tribunal) a été récompensée pour son action en faveur des droits de l’Homme et de la démocratie.

    Voici à ce propos ce que j’ai pu lire dans la revue : The Iranian Children’s Rights Society ( La Société sur les Droit des Enfants Iraniens) : Ms. Shirin Ebadi was awarded the 2001 Rafto Prize in recognition of her sustained fight, over many years, for human rights and democracy in Iran. In particular, her efforts have focused on strengthening the legal status of women and children. Shirin Ebadi is famous as the first female judge in Iran. She had to resign her position following the revolution in 1979, when conservative Islamic clerics took control of the country and introduced severe restrictions on the role of women in society. (Madame Shirin Abadi a reçu en 2001 le Prix Rafto[1] en reconnaissance de sa lutte soutenue depuis de nombreuses années pour les droits de l’homme et de la démocratie en Iran. En particulier, ses efforts se sont concentrés sur le renforcement du statut légal des femmes et des enfants. Shirin Ebadi est connue pour avoir été la première femme juge en Iran. Elle a dû renoncer à cette fonction suite à la Révolution de 1979 quand les cléricaux conservateurs islamistes ont pris le pouvoir et introduit des restrictions sévères sur le rôle de la femme dans la société.)

    Mme Ebadi, âgée de 56 ans, est la onzième femme à être distinguée du prestigieux prix, mais la première musulmane. Elle l’a emporté parmi 165 candidats, dont le pape Jean Paul II, l’ancien président tchèque Vaclav Havel (qui, à mes yeux était également digne d’être honoré) et notre excellent Monsieur Chirac, Président de la République française (pour son refus de se joindre aux Américains dans la Guerre d’Iraq !) La lauréate a déclaré être «abasourdie » à l’annonce de cette distinction, en ajoutant que le prix allait «à tous les Iraniens qui se battent pour la démocratie. » « L’Islam n’est pas incompatible avec les droits de l’homme » a ensuite affirmé l’avocate iranienne à Paris. (J’ai d’ailleurs remarqué en la voyant aux informations d’hier soir que si Madame Ebadi porte le foulard[2] en Iran et dans son bureau de travail, elle était vêtue quand elle a appris la nouvelle à Paris d’une élégante robe noire et la tête découverte.) Elle a aussi profité de sa nouvelle notoriété pour demander « la libération » des prisonniers iraniens « luttant pour la démocratie. » Elle a joué un rôle-clef en 1997 dans l’élection du président réformateur Mohammad Khatami.

    Le choix de Mme Ebadi a suscité la controverse. L’ancien président polonais et lauréat du Nobel de la paix 1983 Lech Walesa (catholique très pratiquant et antisémite avéré et invétéré) a déclaré que ce choix constituait à ses yeux une « grande erreur. » Evidemment, en dehors du fait que sa femme et son fils aîné soient allés à Oslo recevoir son propre Nobel de la Paix, la première ne doit pas avoir eu beaucoup de temps à consacrer à la politique avec tous les enfants qu’elle a dû élever ! Il a évidemment estimé que le prix aurait dû revenir à Jean Paul II. « Il le méritait », ont estimé de leur côté des responsables au Vatican. La communauté catholique Sant’Egidio a toutefois estimé que le choix de Mme Ebadi était « une grande chance. » Le souverain pontife devrait d’ailleurs adresser un message de félicitations à la lauréate, a-t-on dit au Vatican.

    J’ai entendu dire aux informations d’hier que la télévision iranienne avait annoncé la nouvelle par quelques mots non de félicitations mais de doute quant au bien-fondé de l’attribution du Prix à une Iranienne. Le gouvernement réformateur de Téhéran a finalement félicité Shirin Ebadi pour l’attribution du prix Nobel de la paix 2003 après quelques heures de réflexion mais cette récompense irrite les conservateurs qui voient dans cette distinction une nouvelle conspiration de l'étranger au moment même où se pose la délicate question du nucléaire. Assadollah Badamchian, homme politique conservateur a qualifié le prix d’ « infamie » ajoutant que Mme Ebadi avait été récompensée « pour les services rendus à l'oppression et au colonialisme occidentaux. »

    Est-elle pratiquante ? Elle refuse de répondre à cette question, se contentant de s’affirmer « musulmane. » Cette avocate explique : « Il y a vingt ans que j’essaie de faire comprendre que l’on peut être musulman et avoir des lois qui respectent les droits de l’homme. »

    L’attribution du prix Nobel 2003 a une indéniable portée politique. Le porte-parole du gouvernement iranien, Abdollah Ramezanzadeh, a cependant traduit l’embarras dans lequel ce choix a plongé le régime de Téhéran. « Nous sommes heureux qu’une femme iranienne musulmane ait su se faire distinguer par la communauté internationale pour son action en faveur de la paix. Nous espérons pouvoir utiliser davantage ses vues expertes en Iran », a-t-il déclaré, avant de rappeler les journalistes pour leur préciser qu’il s’exprimait à titre personnel et non comme porte-parole du gouvernement. « Rarement le prix Nobel a été attribué à ceux qui ont servi leur pays « , a-t-il ajouté, faisant référence à Anouar El-Sadate, le président égyptien assassiné, qui aurait « trahi la Palestine.

    « Merci Shirin Ebadi, merci. Aujourd’hui, grâce à vous, nous avons tous grandi d'un mètre ! » s’est exclamé en pleurant Mohsen Sazegara. Dissident et célèbre prisonnier de conscience, M. Sazegara a été libéré « sous caution » lundi 6 octobre, grâce aux efforts de la nouvelle lauréate du prix Nobel de la paix. Pour cet homme condamné à 114 jours de prison pour « propagande contre le régime islamique », ce prix est « le plus bel encouragement possible. » Selon l’écrivain Goli Emami, « après un quart de siècle d’humiliation, la femme iranienne est de nouveau fière. » « Lorsque j'ai entendu la nouvelle, mon cœur s'est arrêté un instant », explique Shahla Sherkat, éditrice de l’hebdomadaire Zanan. L'intellectuel Dariush Shayegan se souviendra du 10 octobre comme « un des jours les plus importants de l'histoire contemporaine iranienne. »

    Il est évident que le gouvernement, même s’il est réformateur, se trouve face à un dilemme suite à la décision du jury du prix Nobel d’honorer d’une distinction convoitée par les plus puissants de la planète une avocate condamnée il y a trois ans dans son pays à quinze mois de prison avec sursis et à la privation pour cinq ans de ses droits civiques.

    Ce combat pour la démocratie, la reconnaissance des droits des citoyens et la réforme de l’arsenal judiciaire, en particulier dans le respect de l’Islam, est, il est vrai, bien antérieur à l’émergence en République islamique de ceux que l’on appelle les réformateurs, groupés depuis 1997 autour du président Mohammad Khatami. Madame Ebadi a inlassablement pointé les contradictions de la loi iranienne vis-à-vis des droits des femmes et ceux des enfants. Elle a toujours rejeté sans appel toute justification par l’Islam de ces contradictions et violations, les imputant à un esprit traditionaliste archaïque, sinon machiste.

    Je n’ai personnellement jamais été très tendre pour l’ancien shah d’Iran que je n’aimais pas beaucoup plus que les imams politiciens qui ont suivi. Je pourrais me dire alors que, nommée juge par le gouvernement de Monsieur Oveyda ne plaide pas en la faveur de Shirin Ebadi, mais voilà, elle est l’exception qui confirme toujours la règle dans les pays conservateurs comme dans les pays opprimés. En tant que femme, je me dois de rendre hommage à une femme qui ne change pas d’idée selon la couleur politique des gens qui gouvernent son pays mais risque ses fonctions, sa liberté, sa vie même en réaffirmant toujours et encore le droit des hommes, des femmes et des enfants à vivre librement, décemment et selon leurs propres convictions là où ils se trouvent.



    Additif : Je venais à peine de terminer ces Mots…dits quand j’ai entendu une autre nouvelle que je me permets de rapporter ici parce qu’elle concerne également un Prix et la Paix. Je tien à parler de cette femme qui, de la même façon que Shirin Abadi, m’est toujours apparue comme un modèle à suivre tant son intelligence est diverse, tant sa connaissance du monde et des êtres humains est une source inépuisable d’étonnement ravi, tant sa résistance à toutes les entreprises de Bush a commencé dès l’investiture du Président des Etats-Unis, tant sa participation active à tous les mouvements de révolte des opprimés fut intense, que ce soit à Sarajevo, en Afghanistan ou aujourd’hui en Iraq… Je veux parler de Suzan Sontag, la grande journaliste et auteure américaine qui a reçu dimanche 13 octobre le Prix de la Paix des Libraires à la Foire du Livre de Francfort. Je ne sais pas si les médias américains mentionneront cette importante nouvelle, je devrai me renseigner à ce sujet car ils seront sans doute aussi craintifs et dubitatifs que l’a été la presse et la télévision iranienne au sujet de Madame Ebadi mais j’écris aujourd’hui sous le coup de l’émotion suscitée par ces nouvelles : Le Prix Nobel de la Paix à une avocate iranienne, l’autre Prix de la Paix à une journaliste américaine, voici ce que j’appelle une victoire des femmes d’aujourd’hui.






    --------------------------------------------------------------------------------

    --------------------------------------------------------------------------------



    [1] Le prix Rafto a été crée en 1986 par la fondation du professeur norvégien Thorolf Rafto qui a consacré une grande partie de son existence à la défense des droits de l’homme. Il est attribué à des personnes parfois peu connues pour encourager leur action et consiste en un diplôme, un chèque de 50.000 couronnes norvégiennes (71.700DH marocains ou 6,672 $ ou 6.8830 Euros) et la tenue d'un séminaire. La cérémonie de remise du prix aura lieu à Bergen, Norvège le 3 novembre prochain. Les lauréats des annés passées sont entre autres : Shirin Ebadi, 2001, première femme juge en Iran, qui oeuvre pour la défense des droits de la femme et des enfants à la tête du mouvement pour les droits de l’homme dans son pays, Kim Dae-Jung, 2000, leader politique de Corée du Sud qui a oeuvré pour la paix et la démocratie, Genadij Grusjevoj ,1999, militant pour la démocratie et les droits de l’homme de Belarus, fondateur de l’ONG « les enfants de Tschernobyl », « Palermo Anno Uno », ONG sicilienne luttant contre la mafia , Leyla Zana, 1994, avocate kurde en prison pour ses activités de défense des droits humains, Elena Bonner, 1991, dissidente russe, Aung San Suu Kyi, 1990, leader de l’opposition démocratique en Birmanie et le peuple du Timor Oriental, 1993.








    [2] Je voudrais insister sur la différence qu’il y a entre porter un foulard léger qui laisse voir les cheveux et le voile islamique gris qui enserre véritablement la tête et ne laisse entrevoir que l’ovale du visage telle que nous avons pu le constater sur la 5 dans l’interview d’une étudiante ou chez les deux lycéennes expulsées de leur lycée après la délibération de six heures du conseil de discipline. Quand j’ai emmené pour la première fois en avion d’Elazig en Anatolie Orientale à Istanbul mon amie Nevzyie, elle qui était habituée au voile noir a facilement accepté de porter pour la circonstance l’un de mes propres foulards. De même, quand j’ai emmené sa tante de quatre vingt dix ans faire quotidiennement des piqûres en plein été, cette dame aussi âgée qu’intelligente a renoncé à porter sa lourde robe noire et à revêtir une des robes légères à manches longues qu’elle revêtait à la maison. Faites des demandes telles à des islamistes : elles refuseront sans l’ombre d’un doute ou d’une réflexion.

    Contenu sponsorisé

    Re: A propos de Ramadan des juifs et des musulmans

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 23 Juil - 14:55