Alter-MuRAX

Mer 18 Oct - 19:37


    François Bayrou exalte la République avant la nation

    Partagez
    avatar
    silverbold
    Admin

    Masculin
    Nombre de messages : 4001
    Localisation : BXL
    Date d'inscription : 17/06/2006

    François Bayrou exalte la République avant la nation

    Message  silverbold le Jeu 29 Mar - 16:57

    François Bayrou exalte la République avant la nation
    LE MONDE | 29.03.07 | 15h13 • Mis à jour le 29.03.07 | 15h13
    NÎMES ENVOYÉ SPÉCIAL

    A plusieurs reprises, François Bayrou a eu l'occasion d'exprimer le sentiment désagréable que lui inspire l'irruption du thème de l'identité nationale dans la campagne. "Je ne sais pas ce qui se cache derrière cette course-poursuite entre Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal et Jean-Marie Le Pen autour de l'idée nationale, en tout cas je ne ressens pas la France comme eux", a déclaré le candidat centriste, invité de "Questions d'info-LCP-Le Monde-France-Info", mercredi 28 mars.



    Dans la soirée, à Nîmes, devant 4 000 personnes, il s'est emparé du thème de la République, "car c'est la République qui fait la nation, et non la nation qui fait la République". "Ceux qui veulent résumer la France à des questions de drapeau ou d'identité se trompent, a-t-il estimé. Ce qui fait la France, ce sont des valeurs essentielles : liberté, égalité, fraternité." Décrivant les "déséquilibres" de la société, il a plaidé "non seulement pour une police de proximité, mais pour un Etat de proximité". "Je veux l'Etat de retour dans les banlieues et dans le monde rural", s'est exclamé M. Bayrou. Ainsi a-t-il jugé nécessaire, dans les zones en difficulté, la présence d'un représentant de l'Etat "à demeure", "qui coordonne l'Etat-sécurité et l'Etat-services publics".
    M. LE PEN S'AMUSE DES DEVISES

    Il entend recruter ces nouveaux "hussards de la République", si nécessaire, dans les quartiers "où il y a tant à faire" : "Il ne manquera pas de jeunes hommes et de jeunes femmes prêts à s'engager pour leur pays", est-il convaincu, y voyant l'occasion de "renouveler le personnel politique et administratif français".

    S'opposant à "ces candidats qui, pour gagner, pensent-ils, des voix, présentent la France comme un pays menacé dans son identité", M. Bayrou s'est fait apôtre de "ce pays qui, pour tous ceux venus d'ailleurs, est le pays où l'on peut croire à la liberté des hommes, à l'égalité et à la fraternité". "A ce message j'affirme ma fierté d'être fidèle. Et c'est incroyable que cela soit à moi, homme du centre, de rappeler à la gauche ce qui a toujours constitué ses valeurs", a poursuivi M. Bayrou concluant son discours par "Vive la France ! Vive la République !".

    Dans Le Progrès de jeudi, M. Le Pen tourne au contraire en dérision la devise "liberté, égalité, fraternité". "Il y a la liberté puis, presque son contraire, l'égalité et, pour arranger les choses, on a ajouté la fraternité. C'est une devise qui en vaut une autre", affirme le candidat du Front national, suggérant : ""honneur et patrie", "valeurs et discipline", "Tiens voilà du boudin"".

    Patrick Roger

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-889331,0.html

      La date/heure actuelle est Mer 18 Oct - 19:37